• Le monde est un arbre (suite)

     

    le monde est un arbre

    et nous sommes les feuilles

    de ses branches

    nous feuillons infiniment

    entre splendeur et souffrance

     

    je n'y suis pour personne

    dit l'arbre nu d'Emily Dickinson

    chaque arbre est un dessin d'herbier

    lui répond Sylvia Plath

     

    chaque arbre

    ouvre à la plus haute qualité d'attention

    chaque arbre dit

    son infinie révérence

    à tout ce qui est

     

    chaque arbre écoute

    notre éclosion

     

    arbre de coeur arbre de vie

    chemin de veine en paradis

     

    Zéno BIANU

    (le désespoir n'existe pas)


    3 commentaires
  • Le monde est un arbre

     

    un arbre dressé

    qui regarde les veines du ciel

    un arbre perdu

    qui pousse au centre du monde

    un arbre éperdu

    qui se couche lentement sur le lit du vent

     

    le monde est un arbre

    le monde est un arbre

    et nous sommes les feuilles

    de ses branches

     

    c'est l'arbre étoilé d'anges

    que vit un jour

    le tout jeune William Blake

    au milieu d'un champ

    ....

    ce sont les arbres-poumons d'Amazonie

    qu'il faut défendre pour l'éternité

     

    ce sont 

    avant tout et à jamais

    les oliviers de Giotto

    oliviers bienveillants

    frères arbres

    attentifs à la descente du bleu

    dans l'esprit de Saint François

     

    attentifs à descendre 

    pour mieux s'élever

    descendre

    au plus profond des racines

    pour atteindre le fond du ciel

    ...

    Zéno BIANU

    (le désespoir n'existe pas)

     

     


    10 commentaires

  • 2 commentaires
  •  

     

    Val des merveilles de Zéno BIANU

     

    VAL DES MERVEILLES

     

    deux noms dans la neige

    où se prosternent les étoiles

     

    le corps du temps

    s'est recourbé

     

    l'instant vibre

    en fragments de foudre

     

    frisson bleu du vivant

     

    Zéno BIANU

    (Infiniment proche et le désespoir n'existe pas)


    10 commentaires
  • M pour Mabel

    (photo Alisdair Macdonald)

    Prendre une bonne photo, c'est ce que Henry Cartier Bresson appelle le moment décisif : "votre oeil doit voir une composition ou une expression que la vie elle-même vous offre et vous devez savoir intuitivement à quel moment appuyer sur le déclencheur. Le moment ! Si vous le ratez, il disparaît à tout jamais."

    C'était à l'un de ses moments que je pensais, assise dans cette pièce à attendre que l'autour se nourrisse sur mon poing.

    Une photo en noir et blanc prise par mon père des années auparavant. un vieil éboueur, barbe blanche taillée en bouc, chaussettes tirebouchonnées et chaussures éculées. Vêtu d'un pantalon de travail froissé. Une paire de gants. Une casquette en laine. L'appareil doit être tout proche du trottoir et mon père a dû s'accroupir sur la chaussée pour prendre ce cliché. L'homme se penche, son balai de bouleau appuyé sur son flanc. Il a enlevé le gant de sa main droite et, entre le pouce et l'index, il tend une miette de pain à un moineau sur le bord du trottoir.

    L'oiseau est surpris en plein envol, au moment même où il attrape la miette, et l'expression de l'homme est inondée de joie. C'est le visage d'un ange.

     

    Helen Macdonald

    M pour Mabel

     

    Helen est fauconnière, Helen est poète, Helen vient de perdre son père, Helen se lie avec Mabel, un autour, Helen lie son expérience à celle de l'écrivain White, célèbre pour un de ses romans : Merlin l'enchanteur, qui se passionnera pour l'autour Gos.

     


    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique