• Pendant toutes ces années, j'ai vécu sans rien fabriquer. Ca ne me manquait pas, je ne m'en rendais pas compte. Aujourd'hui, quand je repense à mon métier, je le vois comme ça ; vendre du vent en faisant des moulinets avec les mains. Je pense à la ville, si proche, là-bas derrière les murs : la ville est pleine de marchands de vent. On les attache à leur poste en échange d'un salaire, pendant des heures, des mois, pendant des années ; ils en oublient de se demander ce qu'ils ont fait, s'ils ont eu simplement un métier.

     

    LA JOIE

    Charles Pépin

     


    9 commentaires
  • et 2021 s'en vient


    25 commentaires
  • Pour oublier

     

    Que dans cette vie tu fus plus souvent perdue

    que sur le bon chemin.

    Qu'en vingt-huit années à la dérive

    tu t'accroches aux morceaux de l'épave

    croyant qu'il s'agit de ta maison.

    Mais tu n'es qu'un cavalier abandonné par sa monture :

    alors tu marches sans direction

    puisque c'est la seule chose à faire.

    Tu marches, ne sachant pas que ce qui arrivera,

    tu marches au devant de toute émotion,

    persuadée que rien de pire que ce que tu as vécu

    ne peut dorénavant entraver ta course lente.

     

    Pour oublier le reste tu te répètes

    que chaque jour est un

    émerveillement.

     

    Cécile COULON

    Noir volcan


    11 commentaires
  • Thé ou café avec Ecureuil Bleu

     

    Pour ce 127ème Café Thé, Ecureuil bleu propose de nous dire quelle femme ou quel homme célèbre vous auriez aimé être, et de nous raconter pourquoi ?

    Ce personnage peut être encore vivant, avoir existé ou être le héros d'un roman, d'un film ou d'un conte.

    Parlez nous de lui, mettez-le en scène...

    Thé ou café avec Ecureuil Bleu

     

    Je ne peux pas être autre que je suis. Pourtant dans un temps éloigné, dans les années 60, élève en CE2, j'aimais ce livre d'histoire au format A5. Chaque page était consacrée à un personnage historique français célèbre. Une page avec un portrait, une page pour expliquer le temps, l'action,  le personnage. Les dessins étaient en noir et blanc, attachants, évocateurs.

    Loin, si loin, la mémoire a pris ses ailes d'ange, gommant presque tous les personnages. De l'ombre de l'oubli, roi, je voulais être Saint Louis rendant la justice sous son arbre, mais aussi Jeanne d'Arc, la vaillante, la brave, à cheval fonçant dans l'histoire à la rencontre de son roi, de son Dieu et qu'importe le feu ! Etre chevalier impétueux, fougueux, droit.

    Et pour clore, être président de la République. L'image est brouillée. Le président, les hommes. Pas la gloire, seulement, ce rôle de berger. Etre président indiquait la force, la bonté, le courage.

    C'était un âge où le possible ne connaissait aucune barrière.

     


    12 commentaires
  • se rendre chez l'orthoptiste un jeudi de novembre, en confinement

     

     

    se rendre chez l'orthoptiste un jeudi de novembre, en confinement

     

    se rendre chez l'orthoptiste un jeudi de novembre, en confinement

    se rendre chez l'orthoptiste un jeudi de novembre, en confinement

    se rendre chez l'orthoptiste un jeudi de novembre, en confinement

    se rendre chez l'orthoptiste un jeudi de novembre, en confinement

     

     

    se rendre chez l'orthoptiste un jeudi de novembre, en confinement

     

     

    se rendre chez l'orthoptiste un jeudi de novembre, en confinement

     

     

    se rendre chez l'orthoptiste un jeudi de novembre, en confinement

     

     

    se rendre chez l'orthoptiste un jeudi de novembre, en confinement

     

     

    se rendre chez l'orthoptiste un jeudi de novembre, en confinement


    21 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique