• PAGE DE ZOOLOGIE

     

    Cette année encore j'ai entendu le cochon

    du côté du champ crier quand on l'attrape.

    Puis il soufle enroué, halète, sous l'effort d'être tué.

    Cette année encore c'est la fête chez les voisins,

    tous les sens reçoivent un cadeau du couteau,

    sauf  l'ouïe, la mienne.

     

    Un poisson a sauté de la vague pour saisir un papillon blanc

    au vol fragmenté. Le poisson retourne vers le fond

    il a goûté la chair de l'ange.

     

    J'ai vu le lièvre courir sur la neige

    il laisse des traces au crayon là où il pousse de ses sauts.

    J'enfonçais jusqu'au mollet dans la pente

    le lièvre sautillait facétieux

    pour le tuer il faut, outre le fusil,

    de l'envie plus que de l'admiration.

     

    Quand une femme est tuée, c'est un énorme gâchis

    d'une quantité d'amour tropical. Je reste frustré

    du bonheur qui pouvait arriver jusqu'à moi.

    Quand  un homme est tué, je me prends à penser :

    il y a moins de concurrence pour les étreintes.

    Pensées d'animal peu, et depuis peu, apprivoisé.

     

    Erri de Luca

    Aller simple suivi de l'hôte impénitent

     

     

     


    14 commentaires
  • FLEURS

     

    Le champ est parsemé de fleurs d'amandier,

    elles se collent aux sandales,

    à la cuisine la femme dit :"Tu es le seul

    qui apporte à la maison des fleurs sous les pieds."

    "Et toi la seule qui les accueille avec un manche à balai

    au lieu d'un vase en cristal."

     

    Erri de Luca

    Aller Simple


    15 commentaires
  • Nous sommes des fleurs

    mais il y a la mer

     

    Parfois bien sûr

    ça nous rattrappe

    le sommeil ne vient plus

    un coup c'est toi un coup c'est moi

    qui tourne indéfiniment dans le lit

    jusqu'à ce que la peur disparaisse

    mais lorsqu'elle disparaît nous sommes 

    à nouveau compatibles avec ce monde

    le soleil se lève c'est le matin

    nous nous redressons et tu attaches tes cheveux

    avec un goût d'orange dans la bouche.

     

    Thomas Vinau

    Le coeur pur du barbare

    "J'écris avec un caillou dans la chaussure"


    12 commentaires
  • A une lycéenne

     

    Si tu veux écrire un poème

    surtout surtout

    ne cherche pas

    à faire de la poésie

    laisse-toi simplement

    traverser par les mots

    qui te viennent

    Ce que tu sens ce que tu ressens

    cette brume qui veut

    prendre corps

    laisse-la s'épancher

    sur la page

    Surtout n'enjolive pas

    ce qui t'est donné

    Tiens-toi au plus intime

    au plus vrai de toi-même

    et les vers apparus

    deviendront ces pépites

    que les chercheurs de vie

    aiment trouver

    au creux de leur tamis.

     

    Charles JULIET

    GRATITUDE - journal IX (2004/2008)


    12 commentaires
  • L'auteur d'un livre aimé, il arrive qu'on tienne à lui autant qu'un être de chair. Il participe à notre vie la plus intime et c'est souvent qu'on dialogue avec lui. Le jour où je l'ai lu pour la première fois, Etty (*) est devenue une amie et cette amie ne m'a plus quitté. Bien que ce Journal relate une expérience tragique, il nous communique de l'énergie, nous aide à garder confiance en l'homme, avive en nous ce que nous avons de meilleur. il est de ces ouvrages qui demeurent en nous et nous imposent de vivre avec exigence.

     

    Charles JULIET

    Gratitude - journal IX (2004/2008)

     

    (*) Etty Hillesum

    1914/1943 (morte au camp de concentration d'Auschwitz)

    une vie bouleversée : Journal


    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique