• 8 commentaires
  • décembre et le rouge

    pour donner chaud

    pour donner de la passion

    du rouge

    pour oublier le noir des 16h30 

    le gel a glissé du ciel

    tous se sont endormis

    froidure

    et

    beauté 

     

    le roi soleil

    a des horaires

    de paresseux

    chacun y trouve son compte

    paresseux et photographes.

    mes photos de jour en jour : du 1er au 14 décembre

     

     les oiseaux parlementent,

    pour se tenir chaud.

    Ils mettent au mieux

    leurs plumes.

     

     

    15 commentaires
  •  

    rappel : graines de partage de février

     

    Le prochain partage approche et je vous rappelle que  le thème est BLANC.

    Dans vos photos, un élément blanc devra occuper une place importante de la photo (nuage, neige, oiseau, fleur, cheval). Une autre possibilité est de choisir d'envoyer une photo en noir et blanc. Je vous laisse choisir votre façon d'exprimer le blanc.

    La date de fin de participation est fixée au 16 février à agab57070@yahoo.fr (maxi 4 photos) en indiquant également le nom de votre blog. 

    Merci d'avance pour vos photos. 

     

     


    2 commentaires
  •  

     

     

     

     


    14 commentaires
  • Christophe André : 

    J'ai été très touché par une expérience récente lors d'un colloque sur la souffrance dans un monastère zen. Il devait y avoir 150 personnes dans la salle, et un monsieur dévasté se lève pour raconter que son fils est schizophrène, qu'il délire régulièrement, casse tout à la maison et qu'il est hospitalisé en ce moment.

    Il ne sait pas que faire et nous demande conseil.

    Je suis bien embêté, parce que, dans les cas compliqués et lourds comme celui-ci, il faudrait des heures pour comprendre, et une vie pour accompagner. Mais se dérober et esquiver en disant "c'est trop compliqué pour me contenter de quelques mots, ou pour conseiller" n'est qu'une solution de facilité, une dérobade.

    Un des maîtres zen présents lui dit alors quelque chose que je trouve juste, conceptuellement, mais dur humainement : il lui parle d'impermanence et d'acceptation, si je me souviens bien. Je vois à la tête du monsieur que cela ne le console guère, et je pense intérieurement : "Qu'est-ce que je pourrais dire qui l'aide, en peu de mots et de temps ?".

    J'ai pris la parole sans savoir et je me suis entendu lui dire quelque chose comme : "Ecoutez, vous êtes impuissant à l'aider, ça fait des années que vous n'y arrivez pas, alors acceptez cette impuissance, sans renoncer à être présent à ses côtés, lui montrer que vous l'aimez même si vous ne pouvez pas l'aider, et l'accepter tout au fond de vous. Car, pour l'instant, rien d'autre ne semble possible".

    C'est une attitude qu'on adopte souvent en médecine : d'abord accepter d'être impuissant à aider comme on voudrait le faire. Le papa souhaite légitimement que son enfant souffre moins, mais tant qu'il n'accepte pas de ne rien pouvoir faire, il souffre doublement : il est affecté par la situation de son enfant et il s'inflige une autre dose de souffrance en n'acceptant pas son impuissance.

    Ensuite, être le plus présent possible. J'ai dit ensuite à ce papa endolori :"Quoi que vous fassiez, chaque fois que vous serez aux côtés de votre fils, que vous lui parlerez, que vous tenterez d'établir un lien avec lui, cette présence sera quelque chose d'important pour lui, à un point sans doute que lui, vous, moi, ne mesurons pas."

    J'ai eu l'impression que ces mots l'avaient apaisé et, à la fin de la journée, il est venu me parler pour me remercier. Je ne sais pas ce qu'il est advenu : c'est compliqué, parfois on fait du bien aux gens sur le moment, mais dans le temps ? Est-ce que ces paroles lui ont finalement ouvert un chemin et ont diminué durablement son tourment ?

     

    Christophe André (médecin psychiatre, est l'auteur de imparfaits, libres et heureux - méditer jour après jour - n'oublie pas d'être)

    Alexandre Jollien (philosophe, a vécu 17 ans dans une institution spécialisée pour personnes handicapées, est l'auteur d'éloge de la faiblesse - petit traité de l'abandon - vivre sans pourquoi)

    Matthieu Ricard (moine bouddhiste depuis 40 ans, vit au Népal où il se consacre aux projets humanitaires de Karuna-Shechen, est l'auteur de le moine et le philosophe - l'art de la méditation - plaidoyer pour le bonheur -plaidoyer pour l'altruisme - plaidoyer pour les animaux)

     

    TROIS AMIS EN QUETE DE SAGESSE 

     

     


    12 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires