• Aïda Muluneh 

    Née en Ethiopie en 1974, Aïda a quitté le pays très jeune et a passé une enfance itinérante entre le Yémen et l'Angleterre. Après plusieurs années passées dans un internat à Chypre, elle s’installa finalement au Canada en 1985. En 2000, elle obtint un diplôme du département de la communication avec une majeure en cinéma de l’Université Howard à Washington. Après avoir obtenu son diplôme, elle travailla comme photojournaliste au Washington Post, cependant, son travail peut être trouvé dans plusieurs publications internationales.

    Elle est actuellement ambassadrice Canon. Aida est la fondatrice et directrice d'Addis Foto Fest (AFF), le premier festival international de la photographie en Afrique de l'Est organisé depuis 2010 dans la ville d'Addis-Abeba. Elle continue à éduquer, gérer et développer des projets culturels avec des institutions locales et internationales à travers sa société DESTA (Développement et éducation de la société par l'art) For Africa Creative Consulting PLC (DFA) à Addis-Abeba, en Éthiopie.

    (textes extraits de son site)

     

     

     

    Série : le loup que vous nourrissez

     

    Un soir, un vieux Cherokee a raconté à son petit-fils une bataille qui se déroulait à l’intérieur des gens.

    Il a dit: "Mon fils, la bataille se déroule entre deux" loups "en nous tous.

    L'un est le mal. C’est la colère, l’envie, la jalousie, le chagrin, le regret, la cupidité, l’arrogance, l’apitoiement sur soi-même, la culpabilité, le ressentiment, l’infériorité, le mensonge, le faux orgueil, la supériorité et l’ego.

    L'autre est bien. C’est la joie, la paix, l’amour, l’espoir, la sérénité, l’humilité, la gentillesse, la bienveillance, l’empathie, la générosité, la vérité, la compassion et la foi. "

    Le petit-fils y réfléchit une minute puis demande à son grand-père: "Quel loup gagne?"

    Le vieux Cherokee a simplement répondu: "Celui que vous nourrissez."

     

     

     

    AÏda Muluneh

    un esprit en veille

     

    AÏda Muluneh

    paresse

     

    AÏda Muluneh

    liberté liberté

     

     


    10 commentaires
  • Jeudi en poésie avec Martine

     

    Les croqueurs de mots

    Martine de quai des Rimes nous propose pour le 18 octobre 

    de publier un poème sur la bicyclette ou thème libre

     

     

    l'homme aux calendriers

     

     

    Homme au RSA

    il sonne pour vendre

    ses calendriers

    chats et chiens.

    Il a perdu

    femme, enfant,

    éloigné dans le Sud,

    emploi, fermeture

    entreprise artisanale,

    chômage, RSA.

    Un calendrier pour

    arrondir son mois.

    Il sourit

    Tous deux, avant,

    cajolions des bichons

    crème, des crèmes.

    Je lui souris. 

     

    agab

     

     

     

     


    9 commentaires
  • promenade photographique du 1er au 15 septembre

     

     

    promenade photographique du 1er au 15 septembre

     

     

    promenade photographique du 1er au 15 septembre

     

     

    promenade photographique du 1er au 15 septembre

     

     

    promenade photographique du 1er au 15 septembre

     

     

    promenade photographique du 1er au 15 septembre

     

     

    promenade photographique du 1er au 15 septembre


    12 commentaires
  • Brusquement, lui revient une histoire qu'Araxie, l'arrière grand-mère arménienne de Charlotte, leur avait confiée un soir.

    Quand le Near Est Relief, l'association humanitaire américaine, décida de racheter les orphelins arméniens aux familles de leurs maîtres, ils les alignèrent le long de la voie ferrée en attendant le train pour l'orphelinat d'Alep.

    Ils étaient des centaines de survivants à patienter ainsi, une goutte d'eau, tellement il y avait eu de morts.

    Tout près d'Araxie, un enfant turc d'à peine deux ans jouait dans la poussière, assis par terre loin de sa mère. Quand le train est arrivé, l'arrière grand mère de Charlotte l'avait pris par la main et l'avait fait monter avec elle.

    "J'aurais pu le tuer, me venger de mes souffrances, leur avait-elle expliqué, mais je me suis dit que ça ferait toujours un Arménien de plus et un Turc de moins. ils nous en avaient tellement enlevé."

    Pascal MANOUKIAN

    Ce que tient ta main droite t'appartient


    7 commentaires
  • bains de soleil

    de loin, les traces rouges nombreuses, longues sur les troncs des tilleuls en rangée ordonnée, intriguaient, des mousses ?

    mais pourquoi de couleur rouge

     

    bains de soleil

     

    J'approche et vois avec étonnement, ces longues trainées de minuscule bestioles.

    Serait-ce un troupeau parqué pour les fourmis ?

    Je mets un doigt près du coeur et les insectes fuient à toute vitesse, ressemblant à ces parisiens sortant du métro. 

    bains de soleil

     

    Non, ce ne sont pas de pucerons bien trop gros, mais des larves de punaises appelées gendarmes (cependant, ne verbalisent pas) . J'ai souvent vu les parents regroupés et sans pudeur, s'aimant des heures durant (l'accouplement peut durer de 12 heures à 7 jours).

    La femelle pond de 50 à 70 œufs, vous comprendrez la foule agglutinée sur les troncs. Les larves deviennent adultes au début de l'hiver .

    Le gendarme se nourrit principalement de graines de rose trémière, hibiscus (mettre ses pots à l'ombre) et  tilleuls.

     

     

    Le gendarme, ou pyrrhocore, appelé aussi diable cherche midi, en raison de son attirance pour le soleil au zénith est un insecte hémiptère hétéroptère de la famille des pyrrocoridae ; le gendarme est la punaise la plus répandue en Europe. 

     

    source : wikipédia


    10 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires