• 8 commentaires
  • Noël ! Noël ! il est venu

     

    Gérard von Horhorst (1620) 

     

    NOËL ! NOËL ! Il est venu

     

    Avec des si, le dicton affirme que nous pourrions mettre Paris en bouteille, avec mes si, je vais tenter de mettre la crèche en bouteille.

    Nous sommes en 2017, un 25 décembre, pluvieux et doux. Ainsi, les familles rejoindront-elles plus facilement par la route, leurs proches , autour d'un sapin, peut-être d'une crèche.

    Vient de naître à minuit et quelques, un enfant, un garçon cela aurait pu être une fille !

    Le père, barbu, grand et la quarantaine s'appelle Joseph, Jo pour tous. Sa femme est morte, un cancer, elle avait crû gagner la lutte, cela n'avait été qu'un répit ; il était resté hébété, sa fille et son gendre pour le consoler.

    Il sourit. Dans la chambre de la maternité, à côté du lit de Marie, Emmanuel, 0 jour, 2 kg 900, 46 cm, avec cet air de lutin, l'émerveille.

    Marie, si jeune, si fragile et forte à la fois, est déjà mère, déjà, se remet de la fatigue de l'accouchement. Elle est à peine âgée de 20 ans, vient de Syrie, juive réfugiée de la guerre, de la peur, du bruit des bombes, des luttes pour trouver à se nourrir. Ses parents sont morts, elle s'est enfuie, a abandonné tout son argent dans les mains des passeurs. Ceux-ci l'avaient déposée à Metz.

    « Tu verras, c'est un bon point d'entrée ».

    Seulement, elle avait dormi sous les tentes à Blida, aidée par des associations, et là, a rencontré Jo, cet homme au sourire triste, si efficace pour l'aider à remplir son dossier de demande d'asile. De plus, elle est enceinte. De qui ? Peut-être du Saint-Esprit. Sûrement même !

    De la voir,si seule, si vaillante, souhaitant apprendre le français avec des hésitations à vous faire rire. D'entendre Clara, la chef du camp, lancer : « Marie, que va-t-elle devenir si le dossier est refusé ? » en se prenant la tête dans les mains.

    Que la nuit, une de celle où le sommeil vous détricote, il songe qu'il pourrait se marier avec elle, la sauvant du rejet, de la misère, le sauvant de la peine inconsolable. Il entend son ange, juste une voix d'une plénitude absolue, lui intimer : « Prends-la pour épouse ! ».

    Un mariage blanc ont-ils pensé à la préfecture ! Et là, dans la chambre ordinaire, un enfant est leur lumière et la lumière du monde.

    Les amis de Blida apparaissent, la petite sœur Madeleine, la rude Clara, sa fille, son gendre avec des présents, et même les infirmières.

    Le ciel est gris.

     

    Un sauveur nous est né ! Alléluia !

     


    10 commentaires
  •  

     

    les croqueurs de mots avec Jeanne Fadosi

    jeudi en poésie

     

    Matin bleu

     

    La Terre s'est faite belle

    Les trottoirs rutilent

    D'un lavage nocturne.

    Et le soleil s'y mire

    Et les enfants escargots

    traversent ignorant

    que bientôt tout sera sec.

    L'azur clinquant 

    se montre immense.

     

    L'air matinal

    stoppe un bref instant

    l'avancée du temps.

     


    14 commentaires
  • lune envahisseuse

     

    L'autre jour, elle était pleine

    oui la lune

    et elle m'est rentrée dedans,

    par le haut de la tête,

    elle s'est insinuée,

    s'est glissée,

    a lavé mon cerveau.

    Et je n'ai pas aimé.

    les vagues mélancoliques,

    les anciens temps à la surface,

    les dégoulinades.

    Beurk, je lui ai dit à la lune,

    ne recommence plus,

    plus jamais,

    jamais.

    Reste là haut, à portée de rêves,

    Reste là haut, à veiller sur nous.

    Ici-bas, ce n'est pas pour toi.

     

     

     


    7 commentaires
  •  

    Entre louve et chatte 

     

    Quand le mal faisant

    boum, boum et boum

    Alors, le sang montant à la tête

    Les crocs pointent, déchirent.

    La louve efflanquée se révèle,

    Brisant d'un coup, la culture,

    La sociabilité, l'empathie.

    J'ouvre la gueule et hurle.

    Seule, la chatte me comprend

    Elle, qui réveillée brusquement

    doit quitter ma tendre chaleur.

    Ses yeux fous se fixent,

    Les griffes se déplient,

    Ach... les crocs lacèrent !

    ...

    Et l'instant suivant, me lèche

    mon amie de sang.


    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique