• Bleu et lumière

     

    Bleu

    et lumière,

    Oh ! Oh ! Chantent les jonquilles

    Le cerisier se mire dans son ombre.

     

    Bleu et lumière,

    Un humble chant s'épanouit

    Les pas de l'enfant sont danse

    Claque le jaune des pissenlits

    Se répandent les tapis pâquerettes

    Les véroniques clament le bon jour.

     

    Bleu et lumière

    tant attendus

     

    Se roule le chien

    Rire joyeux

    Pattes en l'air.

     

    Bleu et lumière

    temps bienvenu.

     

     

    bleu et lumière


    15 commentaires
  • Mes voisins

     

    Mes voisins sont riches

    d'amour et de tendresse.

    Les primevères y rosissent d'aise,

    un amour sans paillette

    y circule, libre, large.

    Les enfants et petits-enfants

    viennent et reviennent,

    les chats y sont aimés,

    les mésanges nichent

    dans leur jardin bienveillant.

    L'or n'y coule pas à flots

    chez mes voisins d'en face.

    La porte du garage

    entr'ouverte pour les chats

    Balzac, le noir pirate

    ou Durga, l'ancienne.

     

    D'amour et de tendresse

    mes voisins sont riches.


    11 commentaires
  •  

     

     

     

     


    14 commentaires
  • Vendredi  de février

     

    Le bleu est là

    Le bleu, bleu

    Le soleil aussi .

    Les chats s’embrassent

    La fille chante

    Le bleu est là,

    Décapant mon cœur,

    Décapant mon cœur.

    Les gris l’endormaient si bien

    Les  demi-jours aussi.

    Les pousses se tirent

    Vers le ciel

    L’oiseau chante sa joie.

    Coucou cou, coucou cou

    Encore une fois,

    Une fois et une fois.

    Mon cœur craquelle

    La vie se réapprend.

     


    8 commentaires
  • Humanité en déroute

     

    10 ans, peut-être

    Dans la presque nuit

    Le garçon au teint basané

    Quête une pièce.

    Sa mère l’attend.

    25 ans, à peine plus,

    La jeune femme roumaine

    Se trouve un nouveau logis

    Amant, amie ou autre.

    Ne plus retourner là-bas.

    35 ans, même moins

    Le Syrien quête aussi

    Deux ans qu’il est ici.

    Son pays est foutu

    La neige glisse sur son blouson.

    60 ans, et davantage,

    Assis devant l’étroite

    Entrée de la poste

    Le vieil homme tend la main.

    Chaque menue pièce est bienvenue

    A quel moment, notre dignité s’efface-t-elle

    Pour qu’à notre tour, nous tendions la main ?



     

     

     


    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique