• lune envahisseuse

     

    L'autre jour, elle était pleine

    oui la lune

    et elle m'est rentrée dedans,

    par le haut de la tête,

    elle s'est insinuée,

    s'est glissée,

    a lavé mon cerveau.

    Et je n'ai pas aimé.

    les vagues mélancoliques,

    les anciens temps à la surface,

    les dégoulinades.

    Beurk, je lui ai dit à la lune,

    ne recommence plus,

    plus jamais,

    jamais.

    Reste là haut, à portée de rêves,

    Reste là haut, à veiller sur nous.

    Ici-bas, ce n'est pas pour toi.

     

     

     


    7 commentaires
  •  

    Entre louve et chatte 

     

    Quand le mal faisant

    boum, boum et boum

    Alors, le sang montant à la tête

    Les crocs pointent, déchirent.

    La louve efflanquée se révèle,

    Brisant d'un coup, la culture,

    La sociabilité, l'empathie.

    J'ouvre la gueule et hurle.

    Seule, la chatte me comprend

    Elle, qui réveillée brusquement

    doit quitter ma tendre chaleur.

    Ses yeux fous se fixent,

    Les griffes se déplient,

    Ach... les crocs lacèrent !

    ...

    Et l'instant suivant, me lèche

    mon amie de sang.


    13 commentaires
  • défi 184 proposé par Martine 

    Jeudi 20 Avril : la fin

    (au sens général du terme ou plus précisément la fin de quelque chose)

     

     

    FIN

     

    Pour en Finir

    alors que les arbres verdissent

    que les centrales pourrissent

     

    Pour Imaginer

    ce moment suspendu

    où le souffle disparaît

     

    Pour la Nommer

    cette mort, point final

    cet arrêt de trépidations

     

    J'ai regardé la poussière

    danser dans la lumière

    Et j'ai su

    que fragment d'éternité

    je serai.


    10 commentaires
  • J'irai voter

     

    J'irai voter

    traversant les rues

    saluant mes concitoyens

    J'irai voter

    Liberté acquise

    après tant d'ans, soumise

    Je voterai 

    pour un imparfait

    candidat

    troubadour sillonnant

    la France multiple.

     

    Mon vote

    sera pour un humain

    frère des hommes fragiles

    frère bienveillant et pacifique

    de la Terre et de ses vivants.

     


    11 commentaires
  • Au printemps, il est bon d'élire un président

     

    Le soleil tirait vers lui

    les herbes tiges longilignes

    les pissenlits, un, dix, cent,

    Marine, Benoît, Jean-Luc et les autres.

     

    Elle avait mis une rose bleue

    à son corsage

    François, à sa Pénélope,

    offrirait peut-être une jonquille.

     

    Emmanuel priait son aimée

    de lui lire Rimbaud

    Dans son jardin du Gâtinais

    Jean-Luc peignait le bonheur.

     

    Ils  couraient, discouraient,

    ils allaient de Lille à Nantes,

    train, avion, etc...

    Benoît voulait un monde bleu.

     

    A voir tous ces bourgeons

    A sentir l'odeur fraîche des champs

    Je me demandais quel serait

    celui qui nous présiderait ?

     

    C'était le grand barnum

    Mélis-mélos de toutes sortes

    Ne t'en fais pas dit le printemps

    Je saurais les éveiller !

     

     

    Au printemps, il est bon d'élire un président


    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique