• poème 12 de 15 poèmes de Roberto Juarroz

    poème 12

     

    De même que nous ne ne pouvons

    soutenir longtemps un regard,

    nous ne pouvons non plus soutenir longtemps la joie,

    la spirale de l'amour,

    la gratuité de la pensée,

    la terre en suspens de cantique.

     

    Nous ne pouvons pas même soutenir longtemps

    les proportions du silence

    quand une chose le visite.

    Et moins encore

    quand rien ne le visite.

     

    L'homme ne peut soutenir longtemps l'homme,

    ni non plus ce qui n'est pas l'homme.

     

    Et néanmoins il peut

    supporter le poids inexorable

    de ce qui n'existe pas.

     

    Roberto JUARROZ

    15 poèmes 


  • Commentaires

    1
    Jeudi 11 Octobre à 16:12

    Il est joli ce poème, merci Andrée.

    Bises et bon jeudi

    2
    Jeudi 11 Octobre à 16:20

    le poème se lit bien, mais je n'adhère pas au fond ... tout dépend des hommes ...

    amitié .

    3
    Jeudi 11 Octobre à 17:22

    très bonne soirée...

    super beau temps en Alsace...........

    j'espère  que tu vas bien

    Good night

     

    4
    Jeudi 11 Octobre à 18:14
    Martine Martin

    Je n'ai pas tout compris et n'arrive pas à entrer dans ce poème. Je ne pourrais vous visiter pendant quelques jours. Je reçois une amie de blog. Belle fin de semaine. 

    5
    Vendredi 12 Octobre à 06:17

    Sa poésie me touche toujours beaucoup.

    Bonne journée.

    6
    Vendredi 12 Octobre à 08:05

    ...j'ai aussi du mal à bien comprendre tous ces mots ainsi posés...

    Bises de Mireille du sablon

    7
    Vendredi 12 Octobre à 12:10

    La vie n'est qu'un ciel où passent des nuages blancs ou noirs ....

    8
    Vendredi 12 Octobre à 16:25

    La vie est faite d'ombres et de lumière pour tout le monde, mais je n'adhère pas forcément à ces mots, si bien écris soient-ils. Il y a aussi une question de tempérament de chacun.
    Bises et bonne fin de journée Andrée

    9
    Vendredi 12 Octobre à 16:54

    ♥bien des choses et   bonne soirée....♥

    10
    Vendredi 12 Octobre à 19:36
    colettedc

    Si trop de joie, il peut et se doit de la partager aux et avec d'autres hommes ...

    Si trop de silence, il peut le meubler à travers ce qui l'entoure ... y compris les humains ...

    Ce qui n'existe pas ; n'est  ... alors, à plus forte raison ...

    C'est tout à fait bien écrit !!!

    Bonne soirée Andrée,

    Bises♥

    11
    Vendredi 12 Octobre à 19:50

    Bonsoir Andrée. J'ai relu ce poème 2 fois. Ses mots sont mélodieux mais je ne comprends pas bien ce que veut dire l'auteur. Bonne soirée et bisous

    12
    Samedi 13 Octobre à 15:11
    daniel

    Moi non plus je ne comprends pas bien le sens de ce poème !! Bon WE !

    13
    Hier à 12:25

    Belle découverte pour moi.

    Merci.

    Bises et douce journée.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :