• "N'ayez pas honte d'avoir de la tendresse pour les personnes âgées !" 

    pape François

     

    Les Vieux

     

    Tout bébé

    A la capacité de devenir vieux

    Peau fripée, douleurs articulaires

    Mémoire passoire.

    Tout bébé

    Aimé, adulé, chouchouté

    Promesse d’adulte sain et fort.

     

    Ils ne sont plus

    Trop agréables aux yeux des photographes

    Quoique l’un ou l’autre

    A trouvé en eux, force, fragilité, beauté.

    Ils sont en dehors

    Presque en dehors d’un monde d’occupés.

     

    Pourtant

    Pour tant

    Tout autant

    Dans leur regard,

    Votre jeunesse brille toujours

    En vous, les vieux,

    Voient sous vos couches de rêves déçus

    Le trésor de vos âmes

    La pureté intacte de votre enfance.

     

    Les vieux

    Mirez-vous en eux

    Pour un bain de confiance

    Mirez-vous en eux

    Ils vous aiment.

     

    AG le 14/06/15

     


    11 commentaires
  • LIRE

    pour Cécile

     

     

    Lire

    Entendre bruire les mots

    Se lier à la voix intérieure

    Siri* décrit

    ses tremblements sauvages

    Les fauteurs de trouble

    dans son univers tranquille

    et pour finir ...

    fait la paix avec cet autre elle-même.

    Sergueï* des accents proches de Rimbaud

    et foule la campagne, la ville

    l'ivresse, les filles, le ciel

    Ses lieds

    accompagnent ma route.

    Et lui, Sandro*, l'Italien,

    glace mon sang.

    De son écriture fluide, humaine,

    rivière chantante, glougloutante.

    En l'enfant innocent,

    il révèle un bourreau.

    Dans le jardin jungle, décrit l'extermination

    d'un animal sage : la tortue.

    Est révélée la possibilité du mal

    pour soi, pour les autres.

     

    Les mots, un à un

    égrènent leur chanson

    et à eux, je suis liée

    corps et âme.

     

    A.G. 05/2015

     

    * Siri HUSTVEDT (la femme qui tremble - une histoire de mes nerfs)

    * Sergueï ESSENINE (le journal d'un poète)

    * Sandro VERONESI (un coup de téléphone du ciel)

     


    7 commentaires
  • Cela commence comme ça :

    Des cris perçants,

    forts,

    des sons qui viennent

    rapidement de gauche

    de droite d'en haut.

    J'avais oublié leurs chants

    Je les avais oubliées.

    Les hirondelles sont de retour

    Marrakech, Djibouti, du Sud,

    et le font savoir.

    Cela va vite, 

    le retour aux sources.

    Le nid est bien là 

    Un peu cassé

    Une première s'engouffre

    ressort

    une seconde arrive

    même visite éclair.

    Deux reviennent 

    Serait-ce imaginable 

    de les accueillir à nouveau ?

    Serai-ce imaginable 

    de fonder une famille ici ?

    Une décision à prendre.

    Comme pour tout choix immobilier

    Seulement,

    pas de banque, pas de conseiller.

    A voir, les travaux de consolidation.

    A voir, la nourriture disponible.

    Visite faite.

    Ce matin, elles étaient ailleurs.

    A suivre ...

    Ma rue est-elle toujours vivable ?

    A savoir !


    7 commentaires
  • Ephémères temps

     

    Beautés éclatées

    à la pointe des arbres

    blanches

    roses

    neige

    Fleurs enciélées

    douceurs d'anges.

    7 jours a duré

    la fête du cerisier

    et 7 pour l'envol.

    Picotis de vert

    d'une tendresse

    à ne pas oser toucher.

    Le soleil embrase

    la plaine

    cela explose

    et si je m'attarde

    à vaquer aux pensées multiples

    vite, je perds 

    l'enfance du monde.

     

    Éphémères sont ces jours

    éphémères ceux du bébé nouveau-né

    dans sa vie d'homme.

    L'innocence des premiers jours

    sera un printemps à jamais dépassé.

     

    Oublier pour un moment

    les occupations laver manger

    contempler l'enfançon

    telle une fleur de cerisier.


    8 commentaires
  • Brève  de printemps

     

    Explosion de fleurs

    Parfaites, coquettes,  éphémères.

    Elles vivront quelques stances.

     

     - Neige sautillante

    De la fleur de cerisier –

     

    Tel l’amour

    Au point zéro vers un

    Qui flashe deux êtres

     

    Fleurs d’amour

    Rassasions nous de leur miel

    Rassasions nous de leur beauté

    Souvenons-nous

    A chaque printemps

    De nos amours naissants.


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique