• Une très légère oscillation de Sylvain Tesson

    Une très légère oscillation de Sylvain Tesson

    photo de Vincent Munier 

    Avec les bêtes

     

    Le WWF publie un rapport éprouvant pour les nerfs, désolant pour l'esprit, accablant pour l'homme, d'où il ressort qu'entre 1970 et 2012 58 % des effectifs d'espèces vertébrées ont disparu. On sait les raisons du recul : pression démographique, extension des zones urbaines, pollution des sols par l'agriculture intensive. On les connaît, on ne les enraye pas, on les déplore, on les oublie, on se chagrine un peu et l'on continue l'immense entreprise de salopage en règle à laquelle nous nous adonnons depuis la révolution néo-lithique. Les auteurs du rapport prédisent que la disparition pourrait atteindre 67 % en 2020 si nous n'agissons pas. Agira-t-on ? Non.

    ...

    Une bête est un dieu, c'est à dire l'incarnation d'un mystère. En croiser une est une jouvence, un tressaillement, un viatique que l'on serre au fond de sa mémoire et que l'on emporte en soi pour le reste des jours. A quoi sert le séjour sur Terre si l'on se prive de la puissance et de la gloire vivantes, si l'on s'économise de vénérer les formes de l'individuation biologique, si l'on supprime la mystérieuse héraldique de la faune, l'ornementation de la flore, l'art immémorial des constructions vivantes ? La vie aura-t-elle encore un sens dans un "entre-soi" d'humains ?

    Le photographe Vincent Munier, 40 ans, a compris qu'une rencontre avec une bête lui procurerait les plus beaux transpercements de l'être. Depuis des années, il court les horizons proches et sauvages - Vosges, terre d'Ellesmere, Kamtchatka, Abyssinie... -, se fond dans le substrat et attend pendant des semaines la survenue d'un animal, qu'il immortalise avec la science du naturaliste, l'intelligence de l'artiste et l'amitié éblouie d'un homme qui n'a pas placé ses semblables au sommet de la pyramide du vivant. Ses livres (solitudes, la nuit du cerf, au fil des songes, publiés aux éditions Kobalann) devraient être envoyés dans la prochaine sonde spatiale à destination des éventuels visiteurs extraterrestres, qui sauraient ainsi qu'ils arrivent trop tard dans un jardin anciennement enchanté.

     

    Sylvain Tesson

    une très légère oscillation


  • Commentaires

    1
    Jeudi 5 Juillet à 17:08

    Je ne connaissais pas ce photographe. Cette très jolie photo et ce qu'en dit cet écrivain que je je ne connais pas me donne envie de voir d'autres photos de cet artiste. Merci. Bisous

    2
    Jeudi 5 Juillet à 18:25

    La photo est magnifique Andrée.

    Arrivée sur mon île au bateau de 11h30 avec du crachin sur la route, je suis heureuse d'avoir retrouvé mon petit lopin de terre où le soleil a été très présent tout l'après midi. Pour l'accès internet, hier, en râlant un bon coup auprès d'orange (une fois de plus remarque...) j'ai fini par le faire offrir 2 fois 50 Go sur mon smartphone que le peux utiliser en connexion partagée afin d'accéder à ma messagerie, au blog et à internet. Le passage du technicien ORANGE est prévu pour le 12/07/2018. Peut-être la fin du tunnel, et certainement plus de visites chez les blogopotes. Bises et bonne soirée

    3
    Vendredi 6 Juillet à 04:07

    La photo est splendide... pour les interrogations soulevées dans ce texte et les constats, je pense qu'il est trop tard pour beaucoup, mais j'espère que nous arriverons à sauvegarder celles qui restent avant de disparaître nous-mêmes.

    4
    Vendredi 6 Juillet à 19:03
    daniel

    La photo est magnifique ! L'homme peut être parfois un prédateur inconscient. C'est bien dommage car nous avons besoin des animaux. Ils nous apportent tant  !

    5
    Samedi 7 Juillet à 16:44

    Ce rapport fait froid dans le dos.....

    6
    Dimanche 8 Juillet à 07:45

    Je ne pense pas non plus que nous aurons l'intelligence d'agir... ;-( Nous savons maintenant les conséquences de nos actes depuis assez longtemps et combien ont changé leur mode de vie dans cette conscience ?
    J'avais lu ce rapport, il fait froid dans le dos, mais tous les observateurs de la nature en sont tristement arrivés à la même conclusion. 
    Je n'aime décidément pas ce mot : "bête" qui associe le manque d'intelligence et de jugement à tout être animé à l'exception de l'être humain, car en matière de bêtise, je pense que seul l'être humain fait le nécessaire pour mériter ce qualificatif de bête.
    Je suis même étonnée que Vincent Munier utilise ce mot pour qualifier les animaux.
    Bises Andrée et bonnes vacances

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :