• Jeudi en poésie avec Jill Bill

    Jeudi en poésie avec Jill Bill - thème : le faussaire

     

    Jeannot Després dit "le faussaire"

     

    Sur le banc, assis, au bord du Lac Léman,

    l'homme âgé se fond dans le paysage.

    Vert - bleu - blanc, du bateau, de la neige.

     

    Il regarde ses mains de travailleur manuel.

    Taches rousses et ocres s'y accrochent.

    Loin, avant, sa peinture des déesses et des Alpes

    dédaignée par les salons bégueules, Jeannot

    - fils de Léon et Agathe, épiciers aux 3 épis -

    a claqué les portes de l'Art Contemporain.

    Ses mains, d'or et d'âme, ont appelé les pinceaux

    Inlassablement à reproduire les œuvres des géants.

    Il vendait, offrait, peignait, vendait, offrait, peignait.

    Des toiles prirent vie, reflétant l'âme du possesseur.

    Huiles qui dégoulinent, oiseaux ou rai solaire.

    Les toiles prirent la respiration du monde.

     

    L'homme âgé se lève et dans l'or du crépuscule

    retourne à l'ouvrage, au sourire de St Jean Baptiste.

    Aérienne, duveteuse, une brume légère l'enveloppe.

     

    Agab (10/2019)

     

     

    Jeudi en poésie avec Jill Bill


  • Commentaires

    1
    Jeudi 17 Octobre à 09:54

    Très joli texte pour ce défi, bravo Andrée.

    Bises et bon jeudi

    2
    Jeudi 17 Octobre à 09:55

    Bonjour Durgalola... je l'aime bien moi ce Jeannot, claquant les portes de ça et là...  un ouvrier au don indéniable, merci aussi, bises JB

    3
    Jeudi 17 Octobre à 11:13

    Un tres beau texte pour nous présenter Jeannot Després ,  on peut comprendre qu'il ait claqué les portes de l'art  contemporain qui parfois se montre vraiment retors .

    Bonne journée 

    Bises 

     

    4
    Jeudi 17 Octobre à 11:37

    un artiste tout simplement

    5
    Jeudi 17 Octobre à 13:04

      ceux qui copient les œuvres des grands peintres sont de vrais artistes. S'ils ne le font pas pour de l'argent en les faisant passer pour des originaux cela ne me choque pas.  j'ai aimé ton poème. Bisous

    6
    Jeudi 17 Octobre à 14:12

    il m'est arrivé si souvent lors de ma jeunesse, de copier du dictionnaire des oeuvres de haute valeur ... non, non, je n'étais pas faussaire, j'essayais juste d'aligner mon trait sur celui des grands, peine perdue je n'avais aucun talent mais je tiens à préciser que tellement fière de moi, je signais de mon nom !

    amitié .

    7
    Jeudi 17 Octobre à 14:17
    renée

    Si c'est lui qui a peint ce tableau il a bien fait de claquer la porte n'en ayant nul besoin! Très joli texte et donc participation. Amitiés

    8
    Jeudi 17 Octobre à 14:34

    Bravo Andrée, c'est magnifique.

    9
    Jeudi 17 Octobre à 17:51

    Oui, tout dépend  dans quel esprit on fait les choses...Il ne cherche pas à duper les gens  et à gagner de l'argent.

    Il agit ainsi parce qu'il admire ces grands peintres et parce qu'il veut faire plaisir à son entourage..On ne peut qu'admirer à notre tour

    10
    Jeudi 17 Octobre à 20:14
    colettedc

    Magnifique, ce texte, Andrée !!! Bravo !

    Agréable soirle !

    Bises♥

    11
    Vendredi 18 Octobre à 15:23

    Délicieux portrait et judicieuse illustration ...les faussaires ne spolient que les spéculateurs et rendent hommage aux maîtres

    12
    Vendredi 18 Octobre à 20:06

    Bonsoir Andrée. Bravo pour ton texte ! Ton Jeannot le faussaire est bien sympa. Nonne soirée et bisous

    13
    Dimanche 20 Octobre à 17:44

    Bonsoir Andrée,

    Il y a de grands talents chez certains faussaires.   un métier qui peut être honnête si on respecte certaines conditions.

    J'ai bien aimé ton poème

    Bises

    14
    Jeudi 24 Octobre à 11:59

    C'est un bien joli texte... il m'a émue.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :