• Un bruit de balançoire de Christian BOBIN

    Les gouttes de pluie sur la vitre ont un bombement argenté et une bordure laiteuse.

    La pluie s'arrête.

    Les gouttelettes ne partent pas tout de suite. Elles forment une voie lactée cloutée. Elles semblent figées comme parfois nos vies.

    Puis l'une se met en route. Il est difficile de ne pas penser qu'elle va vers sa mort. La jeune élue, poussée par le vent, s'éloigne de ses soeurs idôlatres, crispées dans une fausse immortalité.

    La petite vivante avec sa joie muette glisse en oblique vers l'abîme, dans l'angle de la vitre encadrée d'acier froid. Voilà. C'est fini.

    Vivre n'est rien d'autre que donner sa lumière, traverser la voie lactée des épreuves, disparaître - et continuer, car telle était la parole qui ce matin se fracassait en dizaines de gouttes d'eau sur la vitre insensible d'un train entre Paris et Genève : aucune lumière donnée ne se perd.

    Nous sommes des paillettes d'or détachées d'une statue vivante. Nous sommes des instants de son souffle, des pollens de sa voix, des petites gouttes de pluie qui prennent le train sans billet jusqu'à l'éternel qui est ceci, ici, maintenant.

    Christian BOBIN

    Un bruit de balançoire


  • Commentaires

    1
    Dimanche 22 Octobre à 17:30

    ce cher C Bobin 

       Résultat de recherche d'images pour "dimanche soir humour"

    premier panneau grand est... en Lorraine...Alsace à 500 mètres.......pas encore....mais on s'en passe !!!!!!!!!!!!!!

    2
    Dimanche 22 Octobre à 17:31

    Cliquez pour afficher une nouvelle image drôle  mais tu le sais....

    3
    Dimanche 22 Octobre à 19:10

    J'ai eu la même idée que toi et, ce matin, si j'avais eu le temps, j'aurai fait paraître un extrait de ce livre de Bobin et j'avais justement retenu ce texte  "vivre n'est rien d'autre que donner sa lumière"...Comme c'est simple : "vivre, c'est donner sa lumière" et, en même temps, quelle exigence !

    4
    Dimanche 22 Octobre à 19:35

    Bonsoir Andrée. C'est une belle évocation de la vie,du passage que nous faisons sur terre. Bonne soirée et bisous

    5
    Lundi 23 Octobre à 00:16

    J'aime comme vous vous répondez, Gazou et toi. Et il est vrai que Bobin écrit merveilleusement et que sa parole est douce, réconfortante et pleine de vérité.

    Je suis chez ma fille et elle vient de me laisser feuilleter une de ses livres... C'est très beau, autant que sobre et lumineux.

    6
    Lundi 23 Octobre à 11:56

    Je ne me lasserais jamais de lire ce poète qui me laisse toujours songeuse... Merci Durgalola et belle semaine, je t'embrasse

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :