• NOEL

     

    Comme si je n'avais jamais vécu dans cette maison

    qui, libérée des meubles lourds,

    essaye à présent de garder l'équilibre.

    Pareille à une louve qui soudain s'est retrouvée

    dans une clairière, je tourne en rond

    autour du sapin de Noël

    incliné au milieu du salon vide.

    Deux louveteaux posent en silence

    leurs museaux dans la neige

    et regardent les pommes sèches

    et les guirlandes parmi les branches.

    Mais la lumière qui rayonne de leurs yeux

    lave tous les îlots boueux dans le courant

    de la Voie lactée

    et nous entrons avec des chaussures propres

    dans une autre année.

     

    Aksinia Mihaylova

    Le baiser du temps


    4 commentaires
  • le père Guy GILBERT (décembre 2020)

    A la bergerie à Faucon (photo facebook)

     

    Un jeune me disait un jour : "le véritable enfer, c'est l'absence d'amour et d'amitié".

    Je lui ai répondu : "Oui , l'enfer c'est aussi souvent les autres qui n'ont pas su te donner l'amour que tu attendais."

     

    En résumé :

    * cultivez l'égalité d'humeur,

    * soyez indulgents envers vous-même, pratiquez la douceur,

    * face au tumulte du monde, priez. Savourez le silence et le recueillement dans la prière,

    * n'oubliez pas que la joie est féconde : partagez vos moments de joie avec vos proches,

    * partout où vous allez, cultivez l'amour, l'amour de l'autre, l'amour de Dieu,

    * il faut apprendre à accueillir les épreuves de la vie avec joie : elles développent la persévérance,

    * décentrez-vous de vous-même ; allez à la rencontre des autres, donnez de votre temps. La joie est un boomerang!

    * réjouissez-vous avec vos voisins et vos proches ! la joie est plus pure lorsqu'elle est partagée.

    * pratiquez le pardon : la joie, c'est le pardon.

    (extrait du numéro spécial 105)

    .


    7 commentaires
  •  

     

     


    8 commentaires
  •  

    (en hommage à Samuel Paty)

    J'ai commandé ce livre sur internet (pas dans les rayons de mon hypermarché)  parce que Marie, du blog "bonheur du jour"  est un de ces professeurs qui a changé la vie d'une écrivaine.

    "Si aujourd'hui nous sommes ici, toutes les deux, moi ancienne élève, vous professeur de français, dans un même geste, un même livre, c'est pour parler de liberté. Parce que Madame, vous me l'avez offerte cette liberté, alors que j'étais une élève insolente et totalement paumée, vous qui m'avez tendu la main et un livre, Antigone".

     

    La vie c'est un livre qu'on aime, c'est un enfant qui joue à vos pieds, un outil qu'on tient bien dans sa main, un banc pour se reposer le soir devant sa maison. (Antigone de Anouilh (1942))

     

    Ensuite, et bien ensuite, j'ai lu toutes les lettres de la première à la dernière, peut être que si, j'ai lu celle de Fabrice MIDAL tout de suite après et je vais mettre quelques lignes pour rendre hommage à un professeur en particulier, pas de ce professeur de français qui a émerveillé mon année de première, mais d'une autre jeune femme.

     

    En sixième, puis cinquième, j'étais si mauvaise élève que les religieuses de l'Institut Notre Dame de la Providence envisageaient de me renvoyer. J'aimais les cours de Français, de latin, de religion, de gymnastique et pas le reste. Mademoiselle COSTA, d'origine espagnole, petite, vive, coquette nous enseignait les sciences. Et cela se passait plutôt mal. Je me souviens d'une interrogation trimestrielle où il fallait dessiner une cellule et où mon esprit battait la chamade. Bref, j'étais comme aspirée par un trou noir. Le résultat ne fut pas brillant. Alors comme souvent, puisque j'étais nulle dans cette matière, je n'appréciais pas ce professeur et elle non plus, je crois bien.

    Au lieu d'être renvoyée, les sœurs me donnèrent l'ultime chance de suivre les cours menant au certificat d'études, un rattrapage formidable avec une sœur Thérèse, maîtresse femme et chef d'orchestre douée de sa classe. Quatre ans plus tard, Mlle COSTA est à nouveau, mon professeur, et là d'histoire-géographie.  Je suis dubitative, sur la réserve  et incroyable, dès qu'elle me vit, elle me sourit comme à une ancienne connaissance et l'année se fit dans la légèreté, la cordialité. Et mes notes allègrement se portèrent bien. 

    Elle m'apprit qu'il est possible de changer, de ne pas conserver ses à priori, que malgré les différents, nous pouvons un jour nous entendre à nouveau. 

    Merci Mademoiselle COSTA.

     

    Et vous, quel professeur a marqué votre vie ? Vous pouvez mettre quelques lignes en commentaire ou écrire cette lettre en me l'envoyant à agab57070@yahoo.fr. Vous pouvez la publier sur votre blog en mettant le logo du livre si vous le souhaitez. Je les publierai au fur et à mesure sur mon blog. 

     

    Je dis MERCI  à Marie et à toutes celles ici qui ont été enseignantes. Tant ont apporté une pierre à notre personne.

     

     

     

     

     


    14 commentaires
  •  

    Les Palsou

    Un conte de Noël d'André Bouchard 

     

    "On peut trouver de quoi faire un splendide sapin de Noël, tout simplement en regardant autour de soi et en fouillant dans les poubelles."

    petit traité de survie des Palsou

     

    à lire que l'on soit petit ou grand ou moins grand.

     

     

     


    11 commentaires