• défi 248

    Défi 248 avec les croqueurs de mots

    Pour le lundi 29 mars 

     

    A mon tour de prendre la barre, chères  moussaillonnes et  chers moussaillons. Je vous souhaite bonne écriture.

    extrait du journal IX  - GRATITUDE de Charles Juliet (2004/2008)

    "On m'a demandé d'indiquer les dix mots que j'affectionne. Les dix mots qui ont pour moi une signification particulière.

    Quand j'ai voulu les rassembler, j'ai préféré ne pas trop réfléchir. Il fallait qu'ils viennent spontanément. Je les livre en désordre, car il ne peut y avoir entre eux de hiérarchie.

    COMPASSION - MERE - TERRE - MUTATION - LUMIERE - CENTRE - SOURCE - VOIX - REGARD - ECOUTE.

    ..."

    Vous écrirez un texte avec ces dix mots ou si vous le souhaitez, avec vos dix mots préférés.

     

    Sur la Terre Mère, dans les montagnes aux neiges éternelles, vit un peuple de rescapés de la Grande-Mutation, explosion nucléaire bouleversant l'ordre des choses, vie des hommes, vie des animaux.  Une source au centre de la vallée, a sauvé leur vie. Tout a été bouleversé, et il a fallu se passer des ordinateurs, de Facebook, des fraises venues de France, des voitures, des télévisions. 

    Pour ces rescapés des villages de l'ancien Népal, la transition se fit naturellement. Les anciens savaient cultiver de façon traditionnelle, et toutes les montagnes les protégèrent. Les médecins redevinrent peu à peu chaman et retrouvèrent le bienfait des plantes médecine. Pieds Bleus étaient une petite fille très espiègle, préférant accompagner son grand père chaman dans ses tournées, plutôt qu'aider ses parents. Elle s'appelait ainsi parce qu'au moment de sa naissance, l'hiver fut particulièrement froid et ses petits pieds bleus. Seul le chaman avait réussi à lui réchauffer les pieds. Et aussi une voisine, pleine de compassion avait offert des chaussons faits en peau d'ours isabelle. 

    La vie était rude et seulement depuis 50 ans, un climat moins froid, plus supportable se rétablissait. Peu d'enfants naissaient et chaque couple, veillait au mieux  durant leurs premières années de vie. Non seulement les parents protégeaient les enfants, aussi toute la communauté. Un enfant n'était jamais laissé seul. Jusqu'à ses dix ans, il portait un cordon avec une pierre rouge autour du cou. 

    Pieds Bleus avaient tant insisté auprès de sa famille, que la pierre ne fut pas rouge mais bleu, une turquoise donnée par sa grand-mère. Elle avait un tel regard empli de lumière, que son grand père ne lui interdit plus de l'accompagner. Elle s'asseyait à côté des personnes malades, prenaient leur main, les regardaient et de sa voix mélodieuse entonnait Resham phiriri, Resham phiriri, (Mon coeur flotte au vent comme de la soie, je ne peux pas me décider à m'envoler ou à m'asseoir sur la colline).

    A son écoute, les malades ne bougeaient plus, enchantés par la chanteuse à la pierre bleue et grand-père Gurungi pouvait mieux les soigner, remettre un os luxé, nettoyer une plaie, faire boire un breuvage amer. Puis un jour, Pieds Bleus voulut soigner elle aussi, alors le vieil homme lui posa une devinette : "Pour me respecter, il faut me donner,
    pour me donner, il faut m'avoir, Que suis-je ?" (1) Avant de me donner une réponse, jeune fille, assieds toi sous l'arbre et réfléchis.

    Pieds bleus a-t-elle répondu ? oui certainement car quelque temps plus tard, elle remplaça le vieil homme. Plus tard son fils, Arc-en-Ciel, l'accompagna, il jouait du vamsa aux pieds des malades (flûte traversière)

    Et la réponse à la devinette peut être  la confiance, l'amitié, le choix, la vie, le temps. 

     

    (1) devinette trouvée sur ce site 


    18 commentaires
  • adieu à Djinnie

     

    DJINNIE - jeudi 25 mars 2021  nous a quittés - elle avait 13 ans

     

    Douleur de te perdre chère petite chienne. C'est le cancer que nous aurions voulu éliminer en toi, celui qui jour après jour a rongé ton museau. D'abord un saignement de nez incongru, puis des glaires comme dans un rhume, octobre 2020 et nos vacances en Alsace, puis écoulements de plus en plus réguliers, ta force est intacte, novembre et cette rhinoscopie.

    Tu as un cancer mortel, 95 jours en moyenne de survie. Le cancer de ta patte qui récidive pour la troisième fois. Tu es un peu fatiguée mais tu poursuis ta vie. Noël, puis janvier, les premières nuits où tu es réveillée cherchant ton souffle. Ta narine droite atteinte envoie des jets de glaires mêlés de sang - les nuits - les nuits.

    Le vétérinaire conseille des gouttes pour élargir le passage de l'air. Des anti-inflammatoires pour la douleur. Puis doucement, les jours deviennent plus fatigants, cherchant ton air ; un séjour dans les Vosges à Gérardmer en février nous donne de la joie. Ton amie la chatte Durga avec son cancer du foie,  aussi est sur la mauvaise rive. La cortisone lui redonne de l'appétit, diminue ses vomissements. 

    Puis bientôt, Djinnie tes jours, tes nuits, te laissent de moins en moins de repos. Les nuits, tes dernières nuits où tu trottines à pas menus, bloquée dans ta respiration. Nous t'entourons au mieux, proches de toi, si impuissants. Je vois à ton regard que cela te réconforte. Tu dors uniquement au pied du lit, levant ton museau pour chercher l'air.

    Du soleil, mercredi et ta joie de te rouler dans l'herbe, aller à Jardiland trouver par terre quelques bonbons de chien. 

    Et cette table de consultation chez la vétérinaire où tu vas décéder, ton mal te lâchant, ton corps détendu, douceur de nos vies.

    Là où tu es, car tu ne peux qu'être, sois bien ! Tu nous manques.

    (Elle a été une compagne vive, dynamique, volontaire, joyeuse et nous avons de la peine. Elle a rejoint tous nos petits anges et aussi nos chers disparus.)

     

    adieu à Djinnie

    adieu à Djinnie

    adieu à Djinnie

    adieu à Djinnie

    adieu à Djinnie

    adieu à Djinnie

    adieu à Djinnie





    22 commentaires
  • le jeudi en poésie avec le printemps des poètes

     

     

    jeudi en poésie :  thème du désir qui est celui de l'édition  2021 du printemps des poètes.

     

     

     

    Ce jour de printemps

    est renversant.

    Bleu qui éclate,

    pies à leurs nids.

    Des branches,

    prêtes à jaillir,

    des fleurs,

    des feuilles,

    boules en suspension.

    Même s'il fait gris

    dans nos coeurs,

    tonne, dans le sang,

    la VIE, brute, épaisse

    appelée par le renouveau.

     

    Tous les sens aiguisés,

    se débrident.

     

    Monde en expansion.

     

    Agab (03/21)


    15 commentaires
  • L'auteur d'un livre aimé, il arrive qu'on tienne à lui autant qu'un être de chair. Il participe à notre vie la plus intime et c'est souvent qu'on dialogue avec lui. Le jour où je l'ai lu pour la première fois, Etty (*) est devenue une amie et cette amie ne m'a plus quitté. Bien que ce Journal relate une expérience tragique, il nous communique de l'énergie, nous aide à garder confiance en l'homme, avive en nous ce que nous avons de meilleur. il est de ces ouvrages qui demeurent en nous et nous imposent de vivre avec exigence.

     

    Charles JULIET

    Gratitude - journal IX (2004/2008)

     

    (*) Etty Hillesum

    1914/1943 (morte au camp de concentration d'Auschwitz)

    une vie bouleversée : Journal


    13 commentaires
  •  

     

    défi 248, moussaillons

     

    Défi 248 avec les croqueurs de mots

    Pour le lundi 29 mars 

     

    A mon tour de prendre la barre, chères  moussaillonnes et  chers moussaillons. Je vous souhaite bonne écriture.

    extrait du journal IX  - GRATITUDE de Charles Juliet (2004/2008)

    "On m'a demandé d'indiquer les dix mots que j'affectionne. Les dix mots qui ont pour moi une signification particulière.

    Quand j'ai voulu les rassembler, j'ai préféré ne pas trop réfléchir. Il fallait qu'ils viennent spontanément. Je les livre en désordre, car il ne peut y avoir entre eux de hiérarchie.

    COMPASSION - MERE - TERRE - MUTATION - LUMIERE - CENTRE - SOURCE - VOIX - REGARD - ECOUTE.

    ..."

    Vous écrirez un texte avec ces dix mots ou si vous le souhaitez, avec vos dix mots préférés.

     

    défi 248, moussaillons

     

     

    Pour le défi en poésie 

    premier jeudi  25 mars :  thème du désir qui est celui de l'édition  2021 du printemps des poètes.

    deuxième jeudi 1er avril  : le thème est animaux.

     

    A vos plumes,


    11 commentaires