•  

    Si vous souhaitez participer au partage de novembre, je vous rappelle le thème :

     "de toutes les couleurs" ou au contraire automne en noir et blanc

    (à envoyer à agab57070@yahoo.fr avant le 5 novembre). 

     

    Merci d'avance pour votre participation.


    9 commentaires
  • A l'échelle de la vie du cosmos, une existence humaine n'est rien de plus qu'un minuscule point. Chacun de nous est un visiteur sur cette planète, un invité, dont le séjour a une durée limitée. Quelle plus grande folie pourrait-il y avoir que de passer ce bref instant dans la solitude, le malheur et le conflit avec les autres visiteurs ? Il est de loin préférable d'utiliser ce temps si court à mener une vie pleine de sens, enrichie par le sentiment d'être relié aux autres et d'être déterminé à les servir. 

    Pour le moment, à peine plus d'une décennie du XXIème siècle s'est écoulée ; l'essentiel est encore à venir. J'ai l'espoir que celui-ci sera un siècle de paix, de dialogue, un siècle qui verra émerger une humanité plus aimante, plus responsable et plus compatissante. 

    Et c'est également ma prière.

     

    Tenzin Gyatso, 14ème dalaï-lama

    Au delà de la religion, une éthique de la compassion.


    12 commentaires
  • "Je gagnais les bois parce que je voulais vivre selon mûre réflexion, n'affronter que les actes essentiels de la vie et découvrir ce qu'elle avait à m'enseigner, afin de ne pas m'apercevoir, à l'heure de ma mort, que je n'avais pas vécu..."

    Henry David Thoreau (Walden)

     

    Etre en compagnie, fut-ce la meilleure, clamait Thoreau, est vite fastidieux et dissipant. Il se construisit dans les bois une petite maison mesurant 3 mètres de long sur 4.60 mètres de large et comportant, en plus de l'espace habitable, un grenier, un placard et une remise à pommes de terre. il déclarait avec fierté que son miroir n'était pas plus grand qu'une carte à jouer. Libre et serein, il y a passa deux ans en solitaire et nota : "Ma vie est le poème que j'aurais écrit si j'avais pu le vivre et l'écrire".

    Ce que Thoreau voulait savoir, c'est si la vie est sublime.

    Mais il en voulait la preuve à travers l'expérience et non les écrits. C'est pour cela qu'il l'accula dans un coin, la réduisant à sa simple expression. Il écrit qu'en général, "nous sommes plus isolés lorsque nous sortons pour nous mêler aux hommes que lorsque nous restons au fond de nos appartements". Il finit par ajouter que dans les bois, il n'était pas plus seul que l'oiseau au bord de l'étang, que le pissenlit dans la prairie, ou encore que le ruisseau, l'araignée ou l'étoile du Nord.

     

    Dominique LOREAU

    Vivre heureux dans un petit espace

    A la recherche d'un bonheur simple


    9 commentaires
  • histoires d'eau

     

     

    histoires d'eau

     

     

    histoires d'eau

     

     

    histoires d'eau


    10 commentaires
  • jeudi en poésie

     

    25 octobre 

    Martine de quai des rimes nous propose de s'inspirer de  la photo inutilisée pour le défi de lundi pour  écrire un court poème, haïku, tanka…. ou thème libre.

     

    Sacha, mon bien aimé chat

    resta figé

    un jour de pleine lune

    benoîtement

    prêt à pédaler

    pour attraper la laiteuse

    et s'en faire

    une belle à griffer.

    Merlin s'en mêla

    et à jamais

    ne sera satisfait Sacha.  

     

     

    pour Durga, Griselle et les chats de tous pays


    9 commentaires