• .... Ma mère et moi avons eu une conversation. Nous nous sommes assises et elle m'a dit :

    "Maya, tu ne m'approuves pas parce que je ne suis pas comme ta grand-mère, et c'est vrai, je ne suis pas comme elle. Mais je suis ta mère et, crois-moi, si je fais fonctionner certaines parties de mon corps, c'est pour pouvoir t'acheter des vêtements, remplir ton assiette correctement et conserver ce toit au-dessus de ta tête. Quand tu iras à l'école, la maîtresse te fera des sourires et tu lui souriras en retour. D'autres élèves te souriront et tu leur rendras leur sourire. Je suis ta mère et j'ai à te dire certaines choses que je veux que tu fasses. Si tu arrives à sourire pour les étrangers, s'il te plaît, essaie de le faire aussi pour moi. Je t'assure que j'apprécierais tes efforts."

    Elle a posé une main sur ma joue et m'a souri. "Allez, mon coeur, fais un sourire à maman. Essaie au moins une fois."

    Elle a eu une expression amusante et malgré moi j'ai souri. Elle m'a embrassée sur les joues et s'est mise à pleurer.

    "C'est la première fois que je te vois sourire. Quel sourire lumineux ! Mon magnifique amour de fille peut sourire !"

    Personne ne m'avait jamais dit que j'étais magnifique, et personne ne m'avait jamais dit "ma fille".

    J'ai appris ce jour-là que le sourire peut être un don. Et les années qui ont suivi m'ont appris qu'un mot aimable, un geste, des paroles de réconfort sont des dons charitables - céder ma place à un étranger, augmenter le volume de la radio pour faire plaisir à quelqu'un ou le baisser si ça l'irrite.

     Je ne serai jamais connue comme philanthrope, mais je suis passionnée par la nature humaine et donnerai librement toutes mes ressources.

    Je suis heureuse aussi quand je me sais charitable.

     

     

    Maya Angelou (poète, écrivaine, actrice, enseignante et réalisatrice)

    Lettre à ma fille 

     


    1 commentaire
  • défi 198

     

    défi 198

    C’est ABC (Jardin des Mots) qui s’y colle,  bon gré,  mal gré d’où l’idée de nous proposer le thème suivant :

    « Surprise de janvier »

    imaginez que l’année commence en vous surprenant, racontez comment vous réagissez.

     

    pour Olivier, pour Florinette, pour vous qui savez qu'ailleurs vivent d'autres êtres

     

    L'air est humide, il a plu presque toute la nuit, se dégagent de légères vapeurs dansant dans le carré d'herbe du champ des sœurs. Le matin est calme, très peu de voitures circulent en ce premier de l'an, bientôt dix heures du matin.

    La passante accompagnée de son chien, longe le parc. Surprise, Margotte, vivement tourne la tête, puis Isabelle aussi. Aucun aboiement, pas de traversée de la route, les deux compagnes poursuivent leur chemin. Elles ont vu quelque chose remuer dans l'herbe mouillée, puis se déplier , comme une armature d'un objet de la grandeur d'un yorkshire. Le message a été clair et apaisant : « continuez votre route ! ».

    Et après le squelette doré, apparaît peu à peu, les poils, les oreilles très rigolotes, cela se met à remuer, se secouer, et sous le sapin, le chien aboie et attend. Venus des immeubles aux couleurs des régions méditerranéennes, deux adolescents courent au-devant de l'animal étonnant. Ils sont heureux et la queue du yorkshire frétille. Il faut être très près pour entendre leur échange :

    « Ouaf … Ouaf … ou... » aboie le chien. « Slouf ! Nous n'avons pas réussi ! » soupirent Lina et Bolo.

    Ils échangent des regards lumineux, colorés. Du rouge, du gris, du jaune … les couleurs se croisent, se mêlent, le gris disparaît dans le jaune. Le regard vert caresse le visage de Lina, le gris qu'elle envoie se teinte de bleu, elle désire tant retourner sur Cosmoterre, rejoindre ses amis. Bolo explique l'impossibilité de s'installer ici. Les humains sont étonnament fermés aux échanges de leurs fluides.

    Slouf leur confie qu'ils avaient été prévenus de la difficulté de leur mission. Les hommes, s'ils persévèrent, vivent leurs derniers temps : l'oxygène se raréfie, les animaux sont considérés comme des objets, les terres agricoles sont utilisées pour construire des maisons, les tornades, les tempêtes, les glaciers, le monde fout le camp.

    Mais tout n'est pas si noir, n'est ce pas Bolo ! Celui-ci acquièce : ici, nous avons trouvé une famille accueillante qui depuis 5 ans, fait tout pour que nous nous sentions bien. Ils nous ont inscrits à l'école, appris le Français. Ils nous ont offert des grands parents, des oncles, des tantes, des cousins.

    Alors questionne Slouf que dois-je dire au Conseil intra-monde ?

    Les lumières palpitent, les entourent, ils sont même soulevés de terre. Le grand sapin se laisse traverser par le bon esprit de ces trois-là. Et les deux adolescents s'éloignent, retournant chez leur famille terrienne. Slouf harmonieusement s'élève, puis la lumière l'enveloppe et il disparaît.

    Et la vie continuera. Et d'autres intra-terrestres viendront. Plus il y en aura, plus nous aurons la chance de réparer nos erreurs et peut être que nous, oui nous, leur apporterons certaines de nos qualités.

     

    Et Margotte, elle aurait certainement aimé joué avec Slouf !

     

     


    17 commentaires
  •  

    partage photos - janvier 2018

    Janvier s'avance à son rythme gris, pluvieux et quelquefois venteux, à son rythme optimiste de grandir pas à pas. Je vous remercie pour toutes vos photos bien reçues pour le thème : 

    fêtes de fin d'année et/ou vues citadines

    Le prochain partage aura lieu en février, cœur de l'hiver et aussi premières annonces du printemps. En février, nous mangerons des crêpes et aussi des gaufres. Aussi le prochain sujet sera : "GOURMANDISES et/ou PHOTOS DE SAISON". 

    Vous pourrez  transmettre vos photos jusqu'au 15 février  à mon adresse mail :  agab57070@yahoo.fr. (4 photos maximum et merci d'indiquer le nom de votre blog).

    Je vous remercie d'avance.

    partage photos - janvier 2018 

    les photos de Janou

    - photos de Noël vues sur internet - 

    partage photos - janvier 2018

     

    partage photos - janvier 2018

     

    partage photos - janvier 2018 

    les photos de Martine85

    partage photos - janvier 2018

     compagnie théâtre en stock : spectacle donné à Cergy le 24 
    décembre dernier
     

    partage photos - janvier 2018

     
    Les pères noël motards en ville aux Sables d'Olonne

     

    partage photos - janvier 2018 

    les photos de Aloysia

      

    partage photos - janvier 2018

     

    crèche de Noël

    partage photos - janvier 2018

    crèche vivante (Issoudun)

    partage photos - janvier 2018

     

    Maison illuminée (Issoudun)

    partage photos - janvier 2018

    défilé des pères Noël du centre équestre (Issoudun)

     

    les photos viennent du blog d'Aloysia (premier lien  et deuxième lien)


    partage photos - janvier 2018 

    les photos de Martine

    galerie de tableaux

    partage photos - janvier 2018

    Sans satin ni brocart

    L'automne dépouillé

    Voile sa nudité

    D'un rayon de soleil

    .partage photos - janvier 2018

    Là-bas dans la vallée

    Au secret de ses rives

    L'Aude, tranquillement

    Souffle ses mots de brume

    partage photos - janvier 2018

    Bientôt dans la lumière

    Hardi et généreux

    L'arbousier tend ses fraises

    Aux becs des étourneaux

    partage photos - janvier 2018

    Narguant le premier froid

    Petite flamme vive

    Sur l'herbe moribonde

    Un frêle rouge-gorge

    partage photos - janvier 2018 

    les photos de Bernadette

    partage photos - janvier 2018

    dernier lever de soleil en décembre 

     partage photos - janvier 2018

    partage photos - janvier 2018

    premiers couchers de soleil en janvier

    partage photos - janvier 2018 

    mes photos 

     

    partage photos - janvier 2018

     

    partage photos - janvier 2018

     

    partage photos - janvier 2018

     

    gare de Metz (quartier impérial)

    31 décembre 2017


    9 commentaires
  • Je n'envie 

    ni les puissants, ni les intelligents.

    La jeunesse, la beauté, la notoriété

    me semblent dérisoires et la gloire aussi.

    Quand je serai mort, j'espère seulement

    être le plus longtemps possible

    dans le coeur de mes filles.

    Et si ce n'est pas trop demander,

    être un peu dans le coeur de Dieu.

     

    Alexandre ROMANES

    Sur l'épaule de l'ange


    7 commentaires
  • promenade photographique du 2 au 10 décembre

    promenade photographique du 2 au 10 décembre

    promenade photographique du 2 au 10 décembre

    promenade photographique du 2 au 10 décembre

    promenade photographique du 2 au 10 décembre

    promenade photographique du 2 au 10 décembre

    promenade photographique du 2 au 10 décembre

    promenade photographique du 2 au 10 décembre

    promenade photographique du 2 au 10 décembre


    12 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires