• Qui sait de quoi demain sera fait ?

    pour ma belle-mère chérie (91 ans) 

    pour Mme G. (94 ans) qui vit depuis peu dans une maison de retraite

    pour la maman (92 ans) d'une copine

    et pour tous nos grands ancien(ne)s

     

    Qui sait de quoi demain sera fait ? J'approche les quatre-vingt-quinze ans. A mon âge, je ne peux rien prédire.

    Il faut apprendre à vivre au jour le jour et se faire au moins quatre plaisirs par jour, comme s'ils étaient prescrits par une ordonnance médicale.

    Statistiquement, j'ai dépassé l'âge limite pour une femme. Ce que je vis est donc un cadeau - un cadeau inattendu et très bienvenu.

    Rien ne me servirait de me plaindre des divers bobos ou maux de la vieillesse. Bien sûr, ce serait mieux si je pouvais encore lire et écrire : je me contente aujourd'hui d'écouter et de dicter. Mais, amis lecteurs, ne me plaignez pas ; j'y vois suffisamment pour vivre seule et me débrouiller dans mon appartement. Se plaindre augmente les douleurs. Voir le bon côté des choses les diminue. J'aime mieux être en vie.

    Chaque matin, quelque soit l'endroit où je me réveille, chez moi à Paris ou chez moi à la montagne, je sens avec la main le bois qui se trouve sur ma droite et, avant même d'ouvrir les yeux, je savoure simplement ceci : je suis en vie, et c'est bon. Je remercie Dieu pour cette nouvelle journée qui commence. Elle ne pourra qu'être agréable.

     

    Anne Ancelin Schützenberger

    Ici et maintenant

    vivons pleinement

    (décédée en mars 2018 à l'âge de 99 ans)

     


  • Commentaires

    1
    gazou
    Lundi 9 Avril à 14:38

    Je ne souhaite vraiment vivre aussi longtemps...Je l'admire  mais suis incapable de l'imiter

    2
    Lundi 9 Avril à 15:33

    Quelle douceur dans ces mots!

    La vie peut être cadeau, il faut pouvoir l'apprécier...comme elle est.

    Bises de Mireille du Sablon

    3
    Lundi 9 Avril à 16:46
    Martine Martin

    Comme elle avait raison. C'est aussi ma philosophie et nul ne sait de quoi son demain sera fait alors il faut profiter du moment présent. Bisous

    4
    Lundi 9 Avril à 17:10
    5
    Janou
    Lundi 9 Avril à 17:39

    Très beau texte plein d'optimisme!

    bisous

    6
    Lundi 9 Avril à 21:29

    Bonsoir Andrée. C'est une belle façon de voir les choses. Mieux vaut profiter de ces dernières années du mieux possible plutôt que de se plaindre sans arrêt. Bonne soirée et bisous

    7
    Mardi 10 Avril à 09:15
    C'était une femme sage qui savait savourer les petits bonheurs de chaque jour. Pour moi, ne plus pouvoir lire, c'est la pire des calamités du grand âge.
    On verra bien si on y arrive! Bise
    8
    Mardi 10 Avril à 13:00

    Coucou Andrée,
    J'adore ce genre de manière de raisonner, et c'est certain, cela permet de mieux apprécier tous les aspects positifs de la vie.
    J'ai vu tellement de gens quitter ce monde brutalement et rapidement, dont une de mes amies à 45 ans et un de mes cousins à 30, que chaque matin je me dis en me réveillant : Chouette, je suis encore là !
    Et puis se plaindre nous fait pédaler dans le marasme de nos petits bobos ou de nos soucis (et nous en avons tous), et cela ne soulage rien, bien au contraire je pense.
    Merci de ce partage.
    Bise et bonne journée

    9
    Mardi 10 Avril à 16:40
    daniel

    Quelle sagesse, quel optimisme !!Une belle leçon de vie. Je vais m'en souvenir !

    10
    Mardi 10 Avril à 17:39

    Une grande sagesse au bout du chemin.

    Pour ma part, je ne souhaite pas vivre si longtemps...

    Merci pour ce très beau partage.

    Passe une douce journée.

    11
    Mardi 10 Avril à 21:57

    Comme ça fait du bien de lire cela !!!

    Belle soirée

    12
    Mercredi 11 Avril à 07:21

    ... à très bientôt,

    Bonnes vacances!

    Bises de Mireille du sablon

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :