• qui porte qui ? (Erri de Luca)

    ....

    Le lecteur entraîne auteur et histoire dans son mauvais temps ou en vacances, il le fait asseoir près de lui, et tout en lisant, il remanie également.

    Recevoir d'un livre est une action aussi active que celle de l'écrire.

    En tant que lecteur, je sais que c'est à moi d'apporter les dernières finitions à ce que je lis, en l'associant à mon existence. Le livre pour moi n'est pas une oeuvre achevée, mais un produit semi-fini. Et pour le finir, le temps de loisir d'un lecteur lui est nécessaire. Le rapport entre eux répond à la question : qui porte qui ? La réponse doit être que le livre porte le lecteur. Dans l'autobus de retour, entre les hommes debout après huit heures passées de bout, le livre devait me faire oublier le poids du corps et du temps de travail.

    Il soutenait aussi la main qui le tenait ouvert au milieu des secousses du voyage. Béni sois-tu, livre, qui mènes mes os au terminus. Par chance, je descends au dernier arrêt, j'aurais manqué un arrêt intermédiaire.

    Mais si le livre se hasarde à me demander de le porter, d'ajouter ses misérables grammes aux quintaux de la journée, alors va-t-en au diable, livre, je ne suis pas ton porteur. Tel a été et reste l'échange inégal entre la matière écrite et son lecteur.

     

    Erri de Luca

    Le plus et le moins

     

    Et si je vous demande de nous confier le titre d'un livre qui vous porte actuellement et vous a porté hier ou avant-hier, lequel nous partagerez-vous ? Peut être volera-t-il jusqu'à nous comme une petite graine.

     


  • Commentaires

    1
    Jeudi 10 Août à 14:44

    C'est vrai que les livres nous portent... Pour nous qui sommes des êtres de communication, ils remplacent les amis ; on les choisit comme on choisit ses amis et ils nous portent comme des amis.

    Mais au bout du compte, n'est-ce pas nous qui trouvons le nécessaire pour nous porter nous-mêmes ? N'avons-nous pas soigneusement choisi le livre ? N'en sommes nous pas le lecteur, et donc le découvreur ?

    Comme les bâtons trouvés à terre à l'entrée des bois, ils nous accompagnent le temps d'une promenade ; et puis nous nous en débarrassons et bientôt il nous en faut un autre... Car rien d'extérieur à nous ne peut nous porter définitivement ; bientôt nous comprendrons que l'aide est bien en nous, et que nous la projetions seulement sur l'extérieur.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    JANOU
    Jeudi 10 Août à 16:49

    Invitation à lire Le mas Théotime de Henri Bosco, il est le peintre d'une Provence oubliée où les hommes font un travail harassant, luttant contre la nature.

    Les jalousies, les rancunes venues du fond du temps, les querelles de bornages animes les paysans...l'écriture est belle, belle comme la terre!

    Bisous de Janou

    3
    Jeudi 10 Août à 17:12

    Un petit bonsoir en passant....il pleut en Alsace....tu aurais pu garder les nuages...en Lorraine...mais si !!!

    4
    Jeudi 10 Août à 22:35

    Bonsoir Andrée. Je viens de terminer "En un monde parfait", un livre très prenant. Les livres m'emportent pour certains, plus qu'ils ne me portent. Bisous

    5
    Vendredi 11 Août à 19:20

    J'ai lu " Jessica " de Yvan Jablonka, livre écrit  à partir d'un fait divers et qui témoigne d'une profonde humanité...C'est un livre qui m'a portée...emportée...transportée...Il se lit avec  facilité bien que le sujet soit très dur

    6
    Samedi 12 Août à 07:57

    Beaucoup de livres me portent. En ce moment, je lis les poèmes de Tomas Trantrômer.

    Bonne journée.

    7
    Mercredi 16 Août à 19:40

    Je ne sais pas... je viens de relire Le Petit Prince, et j'ai encore sur ma table de chevet Dis, est-ce que ça repousse les ailes ?

    Mon Quichotte habituel me fait la tête.

    8
    Lundi 21 Août à 11:12

    C'est si vrai : le bonheur c'est l'instant et il n'y a rien de plus éphémère que l'instant. Mes petites filles sont parties en vacances avec leurs parents. Ce furent 3 semaines de bonheur. Je suis un peu fatiguée et il faut remettre la maison en état, finir nos travaux de peinture des volets. Je prolonge ma pause visite blog jusqu'à fin août. Merci de ta fidélité en mon absence. Bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :