• nulle part de bestiaire sans flore (Sylvain TESSON - Notre Dame de Paris)

    Il n'y a nulle part de bestiaire sans flore. Pas moins dans les cathédrales qu'ailleurs. A Saint Sulpice, un arbre a grandi sur l'encorbellement sud du premier parapet. A Saint Louis en l'Ïle, un buisson a réussi à prospérer à la base de la flèche. Ici et là, des graines apportées par les courants ou dans le tourbillon du vol des pigeons (reconnaissons-leur le mérite de féconder les pierres) sont parvenues à se développer dans la rainure d'une gargouille ou sur le rebord d'une façade, poussées sur une mince couche de terre elle-même déposée grain à grain par des vents très patients. Une promenade attentive dans la ville permet de ne pas désespérer de l'avenir des plantes.

    Des signes prouvent qu'elle n'ont pas capitulé devant le goudron. De minuscules tiges en crèvent ici et là la croûte. Certaines germent dans les égouts et montent, rectilignes, à la verticale des plaques de fonte pour chercher la lumière dans le trou de serrure qui laisse passer le jour. D'autres tapissent le fond de minuscules cavités dans les meulières de soutènement des quais (aux Tournelles par exemple). Des lichens rampent sur le calcaire des pierres de taille accélérant l'arénisation de la pierre. Des lierres commencent à cascader des ponts métalliques. Des simples poussent à la base des façades d'immeubles, à l'angle qu'ils dessinent avec les trottoirs comme si elles voulaient les soulever par effet de levier. Et le comble,  c'est que personne n'y prend garde. On se fout des herbes folles. Jamais un regard accordé aux frémissements du végétal. Pourtant, on devait prendre garde.

    Ces présences à peine visibles attendent peut-être leur heure. Il est possible qu'elles occupent le terrain avant le grand assaut et qu'un jour elles déchaînent leurs forces pour reconquérir la ville qui les a spoliées du ciel. Le raz de marée de sève engloutira alors les habitations. Et le prochain règne sera végétal.

     

    Sylvain TESSON

    Notre-Dame de PAris

    Ô reine de douleur


  • Commentaires

    1
    Mercredi 30 Octobre 2019 à 15:07
    renée

    C'est d'ailleurs étonnant comme la nature trouve toujours a se faufiler...Amitiés

    2
    Mercredi 30 Octobre 2019 à 15:10

    qui connaît la nature reconnaîtra ce texte ... l'homme aura beau faire, Elle est toute puissante et reprendra toujours ses droits ... mettant les hommes en danger s'ils ne la "maîtrisent" pas ...

    il faut impérativement que revienne "la raison" au sein de nos sociétés qui culpabilisent tant ... 

    amitié .

    3
    Mercredi 30 Octobre 2019 à 20:07

    Je suis en parfait accord avec ce qu'écrit Sylvain Tesson , il  suffit d'aller se promener au St Quentin pour en vérifier la véracité . Les arbres poussent au travers des murs et la végétation n'a pas tardé à tout coloniser .

    Bonne soirée 

    Bises 

    4
    Jeudi 31 Octobre 2019 à 01:46
    colettedc

    La nature reprend toujours ses droits ! Très bon ce texte, Andrée !

    Bonne journée,

    Bises♥

    5
    Jeudi 31 Octobre 2019 à 15:15

    Au cours de mes balades je constate cette puissance souveraine du règne végétal !

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    6
    Jeudi 31 Octobre 2019 à 20:48

    J'ai beau aimer les plantes et les arbres je ne rêve pas de ce moment où le végétal prendrait le dessus. Bonne soirée et bisous

    7
    Vendredi 1er Novembre 2019 à 10:53
    daniel

    Je rêve de villes où la nature aurait une place réelle comme en Allemagne dans certaines villes. La nature est puissante !! L'homme devrait le savoir !

    8
    Vendredi 1er Novembre 2019 à 15:37

    La nature à horreur du vide, elle s'insinue partout ou elle le peut, et avec elle la faune viens s'y loger.
    C'est rassurant finalement ;-)
    Enfin, tant qu'on leur permettra de garder une place dans nos espaces...
    Bises et bonne journée Andrée

    9
    Mercredi 6 Novembre 2019 à 11:43

    ce cher Sylvain !!! et bonne journée .....il pleut en Alsace....

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :