• Les iguanes de Volker Braun

    LES IGUANES

     

    Ils gisent indolents dans la grise rocaille

    Des vestiges des temples qui leur indiffèrent

    Parfois ce n'est qu'une paupière qui bâille

    Corps gris minéral, roche à l'angle vif

    Mais les pattes sont lestes, et d'un bond furtif

    Ils happent les moustiques, c'est la grande affaire.

     

    Nous autres iguanes, d'une espèce récente

    Parquée face aux courbes des monnaies cassantes,

    Voyons les banques s'effondrer en silence.

    Pas même la colère, pas même un rire.

    Le temps ? Le pouvoir ? Cela va pourrir

    Et dans le jour neuf le soleil s'élance.

     

    Volker BRAUN


  • Commentaires

    1
    Lundi 6 Avril à 17:31

    Je les aime de loin les iguanes... J'ai un souvenir d'en avoir rencontrer à Plawan, et j'ai du leur abandonner mon repars pour avoir la paix.

    Bises, bon début de semaine et surtout prend soin de toi

     

    2
    Lundi 6 Avril à 18:30

    Bien vu ! smile

    3
    Lundi 6 Avril à 19:10

    il nous faut déjà penser à l'après-crise sanitaire ... car viendra celle de l'économie ... j'en frémis déjà  ... pourvu que le soleil s'élance !

    allons courageusement vers l'avenir !

    amitié .

    4
    Lundi 6 Avril à 20:39

    Chaque chose en son temps et forcément, après avoir bataillé contre le virus, nous devrons faire face à l'aspect économique et social.
    Mais je préfère voir pour le moment les belles choses comme l'investissement de nos soignants qui sont prêts à tous les sacrifices pour sauver des vies, l'investissements de toutes ces personnes qui travaillent pour que nous ne manquions pas de l'essentiel et aussi la sagesse de ceux qui sauvent des vies en restant chez eux.
    Les bilans se feront plus tard, mais je crois important de faire au mieux pour conserver le moral et ne pas craquer car vivre confiné n'est pas quelque chose de naturel.
    Cela étant dit, j'adore les Iguanes, descendants des dinosaures. 
    Bises et bonne soirée

    5
    Lundi 6 Avril à 21:14

    Bonsoir Andrée. J'aime bien observer les iguanes, mais je trouve ce poème anxiogène, en ce moment où tout risque de s'effondrer. Bisous

    6
    Mardi 7 Avril à 00:21
    colettedc

    Merci du partage, Andrée !

    Bon mardi,

    Bises♥

    7
    Mardi 7 Avril à 06:14

    Je n'ai pas du tout envie de penser à l'après...Pour l'instant nous sommes dedans et nous ne savons même pas comment les choses vont se dérouler. Merci pour ce partage. Bises 

    8
    Mardi 7 Avril à 10:13

    Je suis comme beaucoup ici, je n'ai pas envie de penser à l'après, il sera toujours temps de faire face.

    Le confinement est difficile, mais il faut le respecter à tout prix.

    Pensées pour toi, pour tous.

    Bisous.

    9
    Mardi 7 Avril à 11:10

    Oui le soleil sera encore là pour longtemps et si l'amour et la solidarité l'emporte après cet orage nous serons sauvés

    10
    Mardi 7 Avril à 15:43
    Renée

    Une découverte qui e plait bien ce poème..Bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :