• Les émotions des animaux de Marc BEKOFF

    Pourquoi ce livre plutôt qu'un autre ?

    tout simplement parce que j'aime les animaux et je sais qu'ils éprouvent des émotions. Djinnie et Durga tous les jours m'accompagnent dans notre vie et nous sommes les témoins de leurs émotions : joie, douleur, jalousie, tristesse, intérêt ... 

    Pourquoi vous offrir ces mots au lieu d'autres ?

    parce que lorsque j'ai pris le livre pour le feuilleter, il s'est ouvert à ce passage. 


     

    extrait du chapitre : le principe de précaution

     

    « Puisqu’il y a toujours une part d’incertitude, les décisions relatives au futur, grandes et petites, doivent toujours être prises sans aucune certitude. Attendre que l’incertitude soit dissipée est une approbation implicite du statu quo et souvent un prétexte pour le maintenir. L’incertitude, loin d’être un obstacle au progrès, est en réalité un puissant stimulus pour la créativité, dont elle est aussi un élément important » Henry POLLACK (Uncertain Science… Uncertain World)

    Pour ce qui est des émotions animales, je pense que nous en savons suffisamment – et plus que nous le pensons – pour modifier, dès maintenant, notre façon de traiter les animaux. Nous ne saurons peut-être jamais ce qui se passe dans le cœur ou l’esprit d’un animal, mais ce n’est pas nécessaire.

    Notre société doit simplement se demander : "Qu’est-ce qui causerait le plus de mal ? Qu’est ce qui entraîne le plus de conséquences ? Traiter les mammifères, les oiseaux, les poissons et les reptiles comme s’ils possédaient le spectre complet des émotions et toutes les nuances de la sensibilité, pour finir un jour par découvrir que les animaux ne possèdent que certaines de ces qualités ? Ou continuer à maltraiter tous les animaux pour finir par découvrir un jour que chaque espèce possède une sensibilité et une affectivité aussi riches que celles des hommes ?"

    Les cochons d’Inde et les éléphants apprécieraient certainement que nous appliquions le principe de précaution.

    Pour certaines personnes, cependant, il est très déroutant de reconnaître que les animaux éprouvent des émotions, en raison du traitement que leur inflige la société actuelle. Ce que nous ignorons, ou feignons d’ignorer, permet d’étouffer plus facilement notre sentiment de culpabilité ou nos remords face au sort inhumain réservé à beaucoup d’entre eux. C’est vrai des scientifiques dont j’ai parlé au chapitre cinq*, mais aussi des gens ordinaires, des administrateurs de zoos et des employés des firmes alimentaires. Mais lorsqu’on sape les fondements du doute, on se retrouve réduit au déni.

    Refuser de reconnaître la richesse de la vie affective des animaux nous épargne d’invoquer le principe de précaution et de changer notre façon de les traiter.

     

    Marc BEKOFF

    Les émotions des animaux

     

    * en effet, si certains scientifiques ont du mal à accepter l'existence des émotions animales, n'est-ce pas par crainte de passer pour des esprits "non scientifiques" ?


  • Commentaires

    1
    Vendredi 25 Mars 2016 à 16:32

    Nous n'avons jamais eu d'animal à la maison, mais curieusement il y  eut la chatte de nos voisins qui avait décidé d'agrandir son domaine et venait dormir dans notre jardin et chassait furieusement les autres chats qui osaient passer par là...Et actuellement c'est la chienne d'un autre voisin qui se fait un devoir de s'installer devant la porte d'entrée et  qui, elle aussi, tente de chasser les autres chiens qui tenteraient de passer par là...et elle m'accompagne quand je décide d'aller me promener sur le chemin...elle est très expressive et je ne doute pas qu'un tas d'émotions la traverse...

    2
    Vendredi 25 Mars 2016 à 18:04

    Je viens de passer des jours pénibles avec Pomerol, le Véto a décelé un cancer des bourses et des problèmes au cerveau et à la moelle épinière

    Mais aussi bien Mitsou  que Pomerol, ils savent manifester leurs émotions joyeuses ou douloureuses et se mettre aussi dans le silence et en retrait dans des moments de souffrances, c'est la leur discrétion

    Avec un traitement à la cortisone et des antibiotiques, Pomerol passera ces4  jours  avec un peu de sérénité.

    Je te souhaite un bon moment Pascal!

    bisous

    3
    Vendredi 25 Mars 2016 à 18:52

    Je suis persuadée que les animaux éprouvent comme nous beaucoup d'émotions et qu'elles se lisent dans leurs yeux, leur façon de se comporter. C'est leur façon de nous les montrer. Bon week-end pascal

    4
    Vendredi 25 Mars 2016 à 19:36

    Bonsoir,

    Ta conclusion est tout à fait exact.

    C'est certain que les animaux ont des émotions, ils nous les montrent bien.

    Les scientifiques n'ont pas la science infuse. Ils sont souvent à côté de la plaque.

    Frapper un animal, il sera triste et les abandonner encore plus.

    Je ne lirais pas ce livre, ou si, mais je dirais à l'auteur de que j'en pense !

    Passe une belle et douce soirée, bisous.

    5
    Vendredi 25 Mars 2016 à 23:29

    ça me fait tout drôle d'entendre DICK....

    besos

    tilk

    6
    Vendredi 25 Mars 2016 à 23:46

    Petit à petit nous "anthropomorphisons" nos animaux domestiques, nous leur insufflons nos pensées, nos sensations, nos sentiments, et bientôt notre ego. Eux qui dans leur innocence première pouvaient être nos maîtres vont devenir nos semblables dans la douleur. Que sont les émotions ? Uniquement des souffles qui nous traversent, que les animaux géraient sans doute et les laissant les traverser de façon naturelle, mais auxquelles nous allons leur apprendre petit à petit à s'identifier - comme nous le faisons nous-mêmes - jusqu'à leur infliger d'en devenir les victimes - comme nous.

    7
    Samedi 26 Mars 2016 à 11:53
    Daniel

    Moi aussi j'aime beaucoup les animaux. J'ai deux chats et je me régale de les voir vivre. Un dialogue invisible s'est installé entre eux et moi. Les animaux sont capables d'apporter beaucoup d'amour et les humains feraient bien de s'en inspirer.

    8
    Mardi 29 Mars 2016 à 06:47

    Mon chien savait faire passer plein de messages dans son regard, ses postures. Par exemple, un jour, mon mari l'avait grondé car il fallait rentrer à la maison. Il était tard. Mais Styx préférait rester encore un peu à fureter dans la forêt. D'où le rappel à l'ordre et cris mécontents de mon mari. Le chien a obéi à regret, s'est assis sur le siege du passager et, tout le temps du retour, a tourné le dos, boudeur. j'ai également plein de souvenirs de l'amour qu'il nous portait. Quel animal extraordinaire a partagé notre vie pendant presque 15 ans

    Bises

    9
    oliver
    Mercredi 30 Mars 2016 à 07:37

    Un bel hommage au courage et au sang-froid de Robert, comme tu le fais bien apparaître. Salut à son attitude héroïque! 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :