• je me suis fait apostropher (Christian BOBIN)

    Hier, dans la cour galeuse de l'ancienne caserne de pompiers où je vis, je me suis fait apostropher par cinq pissenlits au pied d'un mur moussu. Avant de devenir jouets aériens pour les enfants, ces fleurs n'étaient que louanges, vivats, exaltation de l'or des jours fragiles. Leur joie d'exister était si grande qu'elle attirait comme un aimant les rayons des étoiles les plus éloignées de la terre. Toute la lumière du ciel s'engouffrait dans l'entonnoir de leurs petits cœurs jaunes. A l'instant où je les ais vus, Dieu est passé devant mes yeux dans une nuée d'or et de pollen.

     

    Christian BOBIN

    Prisonnier au berceau 


  • Commentaires

    1
    Jeudi 24 Septembre 2020 à 14:12

    Se faire apostropher par 5 pissenlits!  il en a de la chance;

    J'aime beaucoup Christian Bobin

    2
    Jeudi 24 Septembre 2020 à 14:23

    C'est très joli ! Bon après-midi et bisous

    3
    Jeudi 24 Septembre 2020 à 15:37

    Un bel extrait tout en poésie.

    Bises et bon jeudi Andrée

    4
    Jeudi 24 Septembre 2020 à 15:42
    Renée

    voilà un Monsieur qui rend bel hommage a ces fleurs souvent méprisées....Bisous

    5
    Jeudi 24 Septembre 2020 à 15:46
    Que c'est beau ! Bisous
    6
    Jeudi 24 Septembre 2020 à 16:03

    Un superbe extrait poétique , les pissenlits trop souvent mal aimés  sont de vrais bijoux de lumière .

    Bonne journée 

    Bises 

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    7
    Jeudi 24 Septembre 2020 à 16:12

    ils ont beau être jaunes, je ne les aime pas dans mes pelouses, ni sur les bords  ... je ne leur laisse pas le temps de m'apostropher, tandis que les pâquerettes s'épanouissent à loisir ...

    amitié .

     

    8
    Jeudi 24 Septembre 2020 à 17:03

    ... ont-elles finies en gelée? ..si si cela existe!

    Bises du jour

    Mireille du sablon

    9
    Jeudi 24 Septembre 2020 à 18:53
    Quel texte magnifique ! Merci Durgalola.
    10
    Vendredi 25 Septembre 2020 à 04:13
    colettedc

    Merci de l'agréable partage, Andrée ! J'♥ beaucoup !

    Bon vendredi tout entier,

    Bises♥

    11
    Vendredi 25 Septembre 2020 à 08:39

    Je retrouve avec plaisir la poésie de ses textes toujours magnifiques ! Cela fait longtemps que je n'ai rien lu de l'auteur, je l'ai beaucoup lu dans les années 80-90 et puis depuis, je n'ai plus rien lu, c'est ainsi ! Merci de me donner envie...Bises et une belle fin de semaine

    12
    Vendredi 25 Septembre 2020 à 11:40
    daniel

    J'admire ce sens du détail et de la poésie ! Bon WE, Andrée!

    13
    Vendredi 25 Septembre 2020 à 17:21
    De magnifiques soleils qui embellissent nos prairies au printemps et illuminent nos matins. Merci pour cet extrait.
    Bises et belle soirée.
    14
    Lundi 28 Septembre 2020 à 21:48

    Les pissenlit sont un régal pour les abeilles... C'est bon, le miel de pissenlits ! Et j'adore cette fleur éclatante qui honore la friche qu'est devenue le Jardin depuis que je peux plus l'entretenir... Heureusement qu'elle est là pour l'enjoliver un peu !

    A vrai dire, le désert du jardin est le paradis pour les dites mauvaises herbes, chardons, pissenlits, et toutes sortes de petites fleurs jaunes étoilées, ainsi que des délicieuses orchis sauvages .... Mon mari ne tond pas tant que tout ce petit monde là éclate de joie... C'est beau, et bon pour ses abeilles qui sont encore dans le bois voisin de notre maison.... et toutes sortes d'insectes venus festoyer.... 

    J'aime bcp Christian Bobin...  Sa façon d'écrire me surprend toujours agréablement.... 

    Bisous

    15
    Mercredi 30 Septembre 2020 à 06:40

    C'est si joli... un beau moment de communion entre les fleurs et le poète. Merci pour le partage.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :