• Pour mon frère Christian, grand amoureux de musique

    grand amoureux de la vie

     

     

     

     

    Concerto pour violon en ré majeur de Beethoven, troisième mouvement

     

    "J'ai beau avoir joué ce concerto des centaines, voire des milliers de fois, je n'ai jamais compris comment Beethoven avait pu commettre, dans cette oeuvre aussi parfaite, une erreur que même un débutant aurait évitée : finir la cadence du dernier mouvement sur un fa bécarre. Même un idiot se rend compte que cette note est trop éloignée du ré majeur pour être harmonieuse. 

    Pourtant, il a écrit ce concerto à une période heureuse de sa vie, quand il n'était pas encore sourd. Sa surdité n'est apparue que des années plus tard. La raison, c'est qu'il ne cherchait pas la perfection. Il voulait seulement exprimer la vie. Et la vie, c'est l'imperfection."

    Dai SIJIE

    l'évangile selon Yong sheng

     

    C'est seulement maintenant que je comprends ce qu'il a voulu dire.

    Il parlait de moi, ce sale gosse. Il disait : "Grand-père, les derniers instants de ta vie seront détonnants, comme la dernière note du concerto de Beethoven. Mais, c'est par ce que d'aucuns pourront considérer comme une erreur que se révélera la beauté de ton existence."

     

    plus d'informations sur ce livre poignant

     

    Je vois la gousse s'agiter sous le souffle du vent. A l'intérieur, une graine sautille, se détache de l'aile membraneuse et s'envole nonchalamment. Elle exécute une cabriole éblouissante, puis danse dans l'air en flottant, portée par la brise. Elle ne semble pas pressée de trouver un point d’atterrissage. Elle plane dans le ciel bleu, sans réel objectif, fine et éblouissante comme un grain de sel.

     

    Si Dai Sijie a pu, comme son aïeul persécuté, se libérer du besoin de vengeance, il le doit à ce grand-père qui, par son exemple, lui a démontré la puissance du pardon. « Il m’enseignait que tout être humain avait une âme, quelque chose de plus grand que l’esprit, de plus intime que le corps. Cette croyance soutient toute ma vie. J’ai aussi écrit ce livre pour témoigner de l’existence de l’âme. »

    (extrait article LA CROIX)

     

     

     

     

     

     


    12 commentaires
  • poème-dessin pour mamie / Anaïa (4 ans et demie)

    pour mamie Andrée (poème dessin de Anaïa)

     

    mamie regarde,  c'est l'histoire de la famille tigre, tu vois, j'ai dessiné les tigres avec des rayures et des points.

    Là, papa tigre (le plus grand), il veille

    en dessous, maman tigre et tous ses petits

    un, deux, trois ... et 6

    (la mamie rajoute ; à gauche de mamn tigre,  à mon avis c'est Anaïa la grande soeur tigre)

    et les traits verticaux, c'est la pluie, mamie, c'est la pluie.

    Et dans les pommiers, des pommes, beaucoup de pommes

    et les arbres sont striés.

    Dans le ciel , au-dessus de la pluie, près du soleil,

    tous les papillons.

    Et les petits triangles, et les petits carrés,

    c'est pour faire joli mamie.

    Tu veux que je te redise mon poème, mamie !

     

     

     

    poème-dessin pour mamie / Anaïa (4 ans et demie)


    15 commentaires
  • mon dieu

    n'est pas à attendre dans une église

    ni assis sur les marches du temple

    mon dieu

    est le souffle du réfugié lorsqu'il court

    vit dans le ventre de l'enfant affamé

    est le battement de coeur de la protestation

    mon dieu

    ne repose pas entre des pages

    écrites par des saints hommes

    mon dieu

    vit entre les cuisses collantes de sueur

    des corps des femmes vendus pour de l'argent

    a été vu la dernière fois en train de laver les pieds 

    du sans-abri

    mon dieu

    n'est pas aussi inatteignable

    qu'ils voudraient te le faire croire

    mon dieu bat à l'intérieur de nous à l'infini

     

    rupi kaur

    le soleil et ses fleurs 


    14 commentaires
  • les conversations les plus importantes

    que nous avons sont avec nos doigts

    quand les tiens effleurent nerveusement les miens

    pour la première fois durant le dîner

     

    ils se raidissent de peur

    quand tu me demandes de me revoir la semaine prochaine

    mais dès que je dis oui

    ils s'allongent et se détendent

     

    quand ils se saisissent mutuellement

    alors que nous sommes sous les draps

    nous faisons tous les deux semblant

    de ne pas avoir les jambes comme du coton

     

    quand je me mets en colère

    ils vibrent de cris violents

    mais quand ils frémissent pour pardonner

    tu vois le visage des excuses

     

    et quand l'un d'entre nous agonise

    sur un lit d'hôpital à quatre-vingt-cinq ans

    tes doigts serrent les miens

    pour dire des choses que les mots ne peuvent décrire

     

    - doigts

     

     

    rupi kaur

    le soleil et ses fleurs


    13 commentaires
  • métiers improbables (les anthologies éphémères)  - fin

     

    Martine Madelaine RICHARD

     

     Page après page, un métier improbable s'est proposé, des métiers poétiques ( vendeur de rêves d'occasion, les puiseurs de lumière, conseillère en petits bonheurs), des métiers humoristiques (dé-guirlambouleur de sapins de Noël, pêcheur de vélo à Amsterdam), des métiers bienveillants (porteur d'espoir, traducteur pour oiseaux).

    Et aussi des photographes, des dessinateurs pour mettre du beau et du bon dans le livre.

     

    "Ce qui me rend le plus heureuse en cet instant, c'est de penser que, grâce à vous tous, amis lecteurs, un enfant malade verra un jour son rêve se réaliser et "à quoi l'on sert quand on ne rend personne heureux ?" (Monique Proulx)"

    Christiane Beaudumoulin 

     

     

    métiers improbables (les anthologies éphémères)  - fin

     Solyzaan

     

    et pour finir, je vous offre la dernière ligne du livre : 

    "Gardez votre âme d'enfant, ça peut aider"

    Fab 

     

    métiers improbables (les anthologies éphémères)  - fin

     

    Solyzaan 

     

     

    Je remercie de tout coeur Quichottine pour sa belle oeuvre


    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique