• ....

    l'humanité a vécu, jusqu'à présent, dans une léthargie hivernale.

    Chacun de nous est comme une graine enfouie dans la terre.

    C'est le monde ancien, un monde sombre, celui de la personne, enfermée dans l'enveloppe de la graine  c'est ma famille, ma sexualité, ma réussite sociale, ce sont mes convictions, mes problèmes. Et nous ne pouvons pas voir l'issue de ces problèmes, car nous sommes encore dans l'obscurité.

    Mais lors de la venue du printemps la terre devient tiède et l'enveloppe cède, s'ouvre : transition.

    ...

    Deux graines enfouies dans la terre sentent la chaleur du Printemps nouveau.

    Comment réagissent-elles ? Dans l'une le petit germe s'éveille, son désir ardent de lumière tend vers une vie nouvelle, et la transformation commence.

    ...

    La seconde graine par contre est saisie par la peur de perdre sa forme, de "mourir un tout petit peu" à elle-même : 

    et le germe colle à ses vieilles habitudes, à son refuge limité, il ne veut pas se dépasser et l'enveloppe, jusque-là protectrice, devient prison et l'étouffe.

    ...

    TOUTE TRANSITION EST EPREUVE..

    N'AIE PAS DE REGRET !

    CAR LA LUMIERE EST PLUS MERVEILLEUSE QUE TOUT..

    NE CRAINS PAS D'ABANDONNER L'OBSCURITE

    CAR LA RACINE, ETERNELLEMENT DANS L'OBSCURITE,

    RESTE UNIE A LA FLEUR ET AU FRUIT.

    ...

    La personne, la famille, la sexualité, la vie sociale,

    nourrissent maintenant la plante dans la lumière.

    Elles transmettent les forces de la terre qui font épanouir la fleur en haut.

    Même l'enveloppe éclatée sert : elle devint humus qui enrichit la terre. Rien n'est perdu.

    ...

     

    Gitta MALLASZ

    Les dialogues ou le saut dans l'inconnu


    4 commentaires
  • Elle ne veut plus être artiste, elle veut être sainte.

    Elle l'a dit sans rire.

    Pas sainte-nitouche quand même ? Ca ne lui ressemblerait pas.

    Vouloir être sainte ne serait-il pas un péché d'orgueil ?

    Comment devient-on une sainte ?

    Il faut suivre des cours, option sainteté.

    Elle a sur place un professeur particulier.

     

    Peut-on devenir sainte de son vivant ?

    Je pensais que c'était seulement après la mort. D'abord béatification, ensuite canonisation. Après seulement, on avait le droit d'écrire "sainte" sur sa carte de visite. 

    Quand tu seras sainte, tu auras droit à une statue. Méfie-toi, choisis bien le sculpteur. On fait tellement d'horreurs dans le style saint-sulpicien.

    La statue de la Sainte Vierge, dans mon école, était si laide qu'un jour je l'ai mise dans les chiottes. Par respect pour la sainte Vierge. Ca t'avait fait bien rire quand je te l'avais raconté.

    Je ne voudrais pas qu'il t'arrive la même aventure.

     

    Jean Louis FOURNIER

    La servante du Seigneur

     


    8 commentaires
  • C'est au cours de ces longues années solitaires que la faim de liberté pour mon peuple est devenue faim de liberté pour tous, Blancs et Noirs.

    Je savais parfaitement que l'oppresseur doit être libéré tout comme l'oppressé. Un homme qui prive un autre homme de sa liberté est prisonnier de la haine, il est enfermé derrière les barreaux des préjugés et l'étroitesse d'esprit.

    Je ne suis pas vraiment libre si je prive quelqu'un d'autre de sa liberté, tout comme je ne suis pas libre si l'on me prive de ma liberté.

    L'opprimé et l'oppresseur sont tous deux dépossédés de leur humanité.

    ...

    Car être libre, ce n'est pas seulement se débarrasser de ses chaînes ; c'est vivre d'une façon qui respecte et renforce la liberté des autres.

     

    Nelson MANDELA

    un long chemin vers la liberté 


    8 commentaires
  • Dans la vie de tout prisonnier, la personne la plus importante n'est pas le ministre de la Justice, ni le commissaire des prisons, ni même le directeur de l'établissement, mais le gardien de sa section.

    Si vous avez froid et si vous voulez une couverture de plus, vous pouvez toujours adresser une requête au ministre de la Justice, vous n'obtiendrez pas de réponse. Si vous allez voir le commissaire des prisons, il vous dira : "Désolé, c'est contre le règlement." Le directeur ajoutera : "Si je vous donne une couverture de plus, il faudra que j'en donne à tout le monde." Mais si vous êtes en bons termes avec le gardien de votre couloir, il ira simplement en chercher une à la réserve sur notre demande.

    J'ai toujours essayé d'être en correct avec les gardiens de ma section ; l'hostilité était destructrice. Il n'y avait aucune raison d'avoir un ennemi permanent parmi eux. La politique de l'ANC consistait à éduquer tout le monde, même nos ennemis  : nous pensions que tous les hommes étaient susceptibles de changer et nous faisions tout notre possible pour les faire basculer.

    Nelson MANDELA

    Un long chemin vers la liberté


    5 commentaires
  • Je suis fondamentalement optimiste. Je ne sais si cela vient de ma nature ou de ma culture.

    Etre optimiste c'est en partie avoir la tête dirigée vers le soleil et les pieds qui continuent à avancer.

    Il y eut beaucoup de moments sombres quand ma foi dans l'humanité était mise à rude épreuve, mais je ne voulais ni ne pouvais me laisser aller au désespoir. Cette voie mène à la défaite et à la mort. 

     

    Nelson MANDELA

    Un long chemin vers la liberté


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique