•  

    Martine (Quai des Rimes)  propose pour les jeudis en poésie des 19 et 26 octobre 2017 :

    Le corps humain (dans son intégralité ou en partie).

    Si le thème ne vous inspire pas : quartier libre

     

    ---

     

    Yeux verts, jaunes aussi

    bien en place

    dans sa tête féline.

    Elle me regarde.

    Yeux verts, gris aussi

    Enfoncés

    Bien aidés par les lunettes.

    Je la regarde.

     

    Qui regarde l'autre ?

    Je dirai nous nous entre-regardons

    Fixité de sa pose

    de la mienne

    un rien, une lassitude, une hésitation

    pourrait lâcher ce regard tricoté.

     

    Nos yeux mélangés

    ouvrent la porte de nos âmes.

    Un silence s'ouate

    paix, bruits dénoués

    un silence, soir paisible

    …..

    D'un bond, énergique,

    précis,

    elle enjambe la distance

    et me rejoint.

    …..

    L'une contre l'autre.

    Amour partagé.

     


    11 commentaires
  • défi du lundi 193

    Ohé Matelots, pour le défi 193

     Martine (Quai des Rimes) nous propose avec plaisir d'écrire en prose, ou en vers, un texte ayant pour titre : 

    «Ça me fait une belle jambe »

    au sens propre ou celui de l’expression dont l’origine est surprenante.

    ____

     

    Ça me fait une belle jambe

     

    Un matin, en me rendant à l'école, sac au dos, dans le ciel, où naviguaient des nuages-poèmes, des haïkus effilés, je vis une bande, fort large, d'oiseaux migrateurs regagnant le Sud.

    Ils volaient fièrement, densément, rapidement.

     

    Vous connaissez cette sensation, à la vue d'un spectacle naturel : une libellule, un papillon, un enfant souriant à sa mère. Alors, votre cœur vibre à l'unisson du monde.

     

    Cela m'impressionna toute la journée.

    Et le soir, j'embrassais mon père qui rentrait de son travail (il se démenait à faire fonctionner un programme informatique regroupant ceux de deux entreprises qui venaient de fusionner. Il appelait cela la  « mutualisation »).

     

    Papa, les oiseaux descendent vers le Sud !

    Ca me fait une belle jambe ! me répondit-il.

     

    Seulement, nous étions en juin ;

    le lendemain, il pleuvait ;

    le surlendemain, maman remettait le chauffage en route.

    Nos chats reprirent leurs fourrures hivernales.

    A la télé, ils promettaient un retour de l'anti-cyclone, ils promettaient.

    « Ca me fait une belle jambe !» m'avait asséné papa. Bientôt, il pestait car il avait froid. Il se mit à porter des caleçons longs.

     

    L'hiver s'incrusta, persista bien longtemps mais les hirondelles, vous le savez bien, font toujours le printemps !

     


    17 commentaires
  •  

    Martine (Quai des Rimes)  propose pour les jeudis en poésie des 19 et 26 octobre 2017 :

    Le corps humain (dans son intégralité ou en partie).

    Si le thème ne vous inspire pas : quartier libre

     

     

    Paume

    Paume, doux lit froissé
    où des étoiles dormantes 
    avaient laissé des plis 
    en se levant vers le ciel.

    Est-ce que ce lit était tel 
    qu'elles se trouvent reposées,
    claires et incandescentes, 
    parmi les astres amis
    en leur élan éternel ?

    Ô les deux lits de mes mains,
    abandonnés et froids,
    légers d'un absent poids
    de ces astres d'airain.

     

    Rainer Maria Rilke (1875/1926)


    13 commentaires
  • Défi 192 vous avez dit "tweet"

     

    Voici Jeanne Fadosi à la barre des Croqueurs de Môts

    à la suite de Jill Bill pour ce défi n°192

    et comme le temps est l’une de ses marottes récurrentes à ce poste,

    voici la feuille de route qu’elle nous propose.

    Défi  à publier sur votre blog lundi matin 09/10 :

    Racontez ou inventez les temps forts d’une heure de votre vie en un minimum de mots.

    (Idéalement au plus l’équivalent d’une dizaine de nouveaux tweets de 280 caractères).

    A titre d’exemple la consigne précédente fait 2 phrases, 28 mots et 170 caractères.*

     

    Un Défi 192 bien imparfait

     

    Temps fort le jeudi 5 octobre  : émission la grande librairie de François Busnel avec :

     

    Christian Bobin, un bruit de balançoire, un danseur de mots,

    Jean-Marie Gustave Le Clézio, Alma, un deuxième danseur de mots,

    Matthieu Ricard, un demi-siècle dans l'Himalaya, l'homme au sourire bienveillant

    et

    Véronique Olmi, Bakhita

    Raoul Peck, documentaire, je ne suis pas votre nègre (James Baldwin)

     

    tweet là haut, ou là en bas, ou là à travers …

    Défi 192 vous avez dit "tweet"

    Jean Grosjean : @James Balwin, souris large, des amis sont là : Christian Bobin et Jean-Marie,

    les entends-tu ?

    Défi 192 vous avez dit "tweet"

    James Baldwin : @JeanGrosjean, tiens, il parle bien ce Matthieu Riccard : « au lieu de prier, on ferait mieux d'ôter les fusils ».

    Défi 192 vous avez dit "tweet"

     

    Jean Grosjean : @Bakhita, c'est ton tour, cette petite Véronique Olmi est allée en Touraine et a fait ta rencontre, ton histoire d'esclave devenue sainte, elle la raconte. Je te vois rougir Joséphine.

    Défi 192 vous avez dit "tweet"

    Bakhita : @JeanGrosjean, je suis occupée le petit écureuil (@Anne Wiazemsky) est arrivé, je l'accueille, je l'accueille.



    Il était tentant de faire parler les morts dont les noms ont volé dans les mots, entre les espaces, Jean Grosjean, un maître de Jean Marie Le Clézio, un savant, un écrivain, un poète,James Baldwin, ce noir défenseur intelligent de la cause noire aux Etats Unis, beaucoup d'humour, de finesse, proche de Martin Luther King, Malcom X et Medgar Evers.

    Bakhita (la chanceuse) une enfant noire enlevée par des négriers qui a connu souffrance et douleur et déconsidération avant de venir en Italie et de devenir religieuse.

    Dernier tweet de Jean Grosjean à Christian Bobin

    Jean Grosjean : @christianBobin "inattendu se montre les matins à travers les effeuillements des nuits, les étourneaux dansent au bord d'un ciel dont les constellations se sont terrées."

    Anne Wiazemsky est décédée le 5 octobre. 

    et un tweet de Christian Bobin à Jeanne Fadosi

    "Pour écrire, avoir envie d'explorer, d'avancer ; le résultat, peut être est de rien trouver..."

     

    (je viens de terminer la lecture d'un Saint Homme de Anne Wiazemsky et un bruit de balançoire de Christian Bobin)



     








    11 commentaires
  •  

    les croqueurs de mots avec Jeanne Fadosi

    pour le jeudi en poésie,  si vous avez besoin de pistes pourquoi pas vitesse et lenteur.

     

     

     

    Brièvement

     

    Avant que le temps,

    la vie,

    me manque,

    m'échappe,

    ...

    sachez que je vous aime.

     

    AGab

     

     

     

     

     


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique