• Sans doute serait-il utile de décrire différents degrés de conscience.

    Après tout, même quand j'écris, c'est inconsciemment qu'est engendrée une bonne partie de ce que j'écris. Je devine sous mes mots un monde préconscient d'où je les extrais, pensées non encore articulées mais potentiellement présentes, et quand je les trouve je crois à leur justesse ou à leur fausseté.

    Oui voilà ce que je voulais dire. A quoi mesurer cela ? Ce n'est pas extérieur à moi.

    Je ne possède aucun notion objective de la phrase parfaite qui exprimera au mieux ce que je veux dire. C'est au-dedans de moi que je le sais et, pourtant, cet intérieur verbal n'est-il pas pétri de l'extérieur, de tous les livres que j'ai lus, des conversations que j'ai eues et de leurs traces mnémiques ?

    J'aime les expressions "ça me trotte dans la tête" et "je l'ai sur le bout de la langue", qui désignent ces vagues réminiscences sous-jacentes. 

     

     

    Siri Hustvedt

    la femme qui tremble

    une histoire de mes nerfs


    6 commentaires
  • Aujourd’hui pour ce défi notre amie Lilousoleil nous demande d’ouvrir nos oreilles…

    Le morceau s’appelle « VOCALISE » composé par un certain Rachmaninov

    Vous êtes inspirés par la musique, par le titre, par le compositeur ou encore par l’interprète.

    Vos textes sont à poster pour le 01 juin

    Et n’oubliez pas les jeudis poésie le 27 mai et le 4 juin poèmes libres

    Et maintenant musique maestro

    Première version

    http://www.youtube.com/watch?v=R5IiC1kAdzM piano Emil Gilels

    deuxième version

    http://www.youtube.com/watch?v=5ZIQ2pHaJ1I Natalie Dessay

     

     


     

     

    Comme bien souvent, Mona aimait à s’allonger sur le canapé. Elle se laissait porter par la musique. Comment se faisait-il qu’elle appréciait particulièrement  les musiques mélancoliques ? Celles qui remuent l’âme et vous font sentir plus vulnérables. Celles qui remuent vos gouttes de sang, les faisant vibrer une à une dans l’incroyable réseau filaire.

    Mona écoutait radio classique aujourd’hui. Le ciel était doux, quelques nuages blancs, coton, transporteurs d’âmes calmaient les esprits humains. Et la musique, Vocalise de Rachmaninov s’imprégnait partout, dans son petit salon beige. Toufou dormait à ses pieds, Léonard, au garage, préparait sa moto pour une sortie « dans le vent ».

    La voix s’élevait pure, créant un espace dans le temps … Toufou ne s’aperçut même pas de la disparition de Mona. Pas seulement dans une rêverie, mais entièrement, pieds nus, mollets, lentement, précisément, ventre, seins, mains, bras, cou et tête se dématérialisaient, s’effaçaient.

    La montée fut lente, douce. Sans à coup, comme transportée dans les bras généreux d’un dieu ? d’un ange ? Mickaël, Raphaël ? Elle ne bougeait pas, seule une odeur printanière, marguerite, feuille de menthe et seringa mêlés, la prenait toute entière.

    Monter, pour décrire une ascension qui n’en était pas une .. car ascension dit effort, dit visible élévation, là elle ressentait un calme de son cœur, doux, doux, lent.

    Personne n’était présent pour l’accueillir, aucune vision, aucune nuée, juste la sensation d’être touchée, embrassée, caressée, un son cristallin d’une voix enfantine dans le lointain. Elle qui aimait voir, regarder, admirer, une coccinelle au dos d’une feuille, une fleurette embrassant une voisine, une cerise près de rougir, sa vue n’était plus.

    L’instant, le temps, l’ère … impossible de calculer, s’était dissous. L’amour l’entourait. Chaud, bruissant, consolateur. La voix de sa grand-mère peut être, celle de Béatrice aussi, dont le rire jouait avec celui de l’enfant … et en  fond, tout en fond, résonnait  un hymne doux et vivifiant : « aime, aime, aime, aime », sur tous les tons, en dehors et en elle. La musique l’enroulait.

    Mona ouvrit les yeux, la musique avait fondu, elle était seule, mélancolique, mélancoliquement heureuse, d’une mélancolie appelant l’amour toujours, espérant surtout. Elle mit ses chaussons roses, caressa le chien et prit son casque … rouler avec Léonard dans le vent.


    15 commentaires
  • LETTRE A MA MERE

     

    Toujours vivante, ma vieille maman ?

    Moi je le suis. Salut à toi, salut !

    Que ruisselle encore sur ta vieille isba

    l'ineffable lumière du soir !

     

    On m'écrit que, celant ton tourment,

    tu te fais pour moi bien du chagrin,

    que souvent tu sors sur le chemin

    dans ton caraco tout vieillot.

     

    Que le soir, dans la ténèbre bleue,

    une image obsédante te poursuit :

    au cabaret, un quidam, lors d'une rixe,

    plonge une lame dans le cœur de ton fils.

     

    Rien de tout cela, mère ! N'aie crainte !

    Ce n'est là qu'un vilain cauchemar.

    Je ne suis pas encore tel endurci pochard

    que je puisse mourir sans t'avoir revue.

     

    Je suis comme avant, un tendre

    qui ne rêve, sais-tu, qu'à une chose :

    quitter au plus vite le spleen de la révolte

    retrouver notre maison basse.

     

    Je reviendrai lorsque le jardin tout de blanc

    étirera ses branches à l'appel du printemps.

    Mais il ne faudra plus m'éveiller aux aurores

    comme tu le faisais il y a huit ans.

     

    Ne vas pas rappeler les rêves passés

    ni ranimer les desseins avortés ;

    j'ai trop tôt connu dans l'existence

    toutes sortes de fatigues et de manques.

     

    Et ne me dis pas de prier. Surtout pas !

    Au passé on ne retourne pas.

    Toi seul es mon secours et ma joie,

    toi seule es pour moi l'ineffable lumière.

     

    Oublie donc, mère, soucis et angoisses,

    ne t’afflige plus tant à mon propos.

    Ne sors plus si souvent sur le chemin

    dans ton caraco tout vieillot.

     

    Sergueï Essenine 

    1924

     


    7 commentaires
  • .. On sait à présent que des bébés âgés de quelques heures à peine imitent activement les expressions d'un adulte qui les regarde. Il semble que ce soit un trait inné. Non que les nouveau-nés aient une image corporelle de leur propre visage en train de bouger pour imiter le visage d'autrui. Ils n'ont pas conscience d'eux-mêmes. Ils ne sont pas encore les héros de leurs propres vies, mais leur réactivité aux visages est puissante.

    Après la naissance de ma fille, j'ai passé des heures à la regarder, et elle me regardait. Je ne me sentais jamais rassasiée du visage de cette enfant et de ses grands yeux attentifs qui s'accrochaient aux miens. Ma mère a dit un jour à propos de mes sœurs et moi : "Quand vous étiez petites, je me régalais de vos visages." Cette expression résume bien l'émotion communiquée par le regard maternel, parce qu'elle se concentre sur le plaisir de regarder, sur le besoin de le faire.

    De très petits bébés, âgés de quelques semaines, vous répondront aussi. J'en ai fait souvent l'expérience. Si vous parlez à un nourrisson et puis que vous attendez (il faut lui laisser le temps), il réagira en émettant des sons proches de la parole. Les débuts du langage sont imitation. Nous sommes des miroirs les uns pour les autres.

    ...

    D.W. Winnicott écrit : "dans le développement émotionnel, le précurseur du miroir est le visage de la mère."

     

    Siri Hustvedt

    La femme qui tremble 

    une histoire de mes nerfs


    6 commentaires
  • A faire paraître le 18 mai (un mois avant l’appel du 18 juin )

     

    Voici le défi 145 des croqueurs de mots 

    Pour faire un poème dadaïste :

    -Prenez un journal.(Pas votre journal intime , mais bon , si vous y tenez pourquoi pas ?

    -Prenez des ciseaux.(Le choix des ciseaux est très important :

    il ne s’agit pas de s’énerver et de déchiqueter le journal)

    -Choisissez dans ce journal un article ayant la longueur que vous comptez donner à votre poème.

    -Découpez l’article.

    -Découpez ensuite avec soin chacun des mots qui forment cet article  et mettez-les dans un sac.

    -Agitez doucement.

    -Sortez ensuite chaque coupure l’une après l’autre.

    -Copiez-les consciencieusement dans l’ordre où elles ont quitté le sac.

    (Je saurai si vous trichez = un gage )

    Le poème vous ressemblera.

    Et vous voilà un écrivain infiniment original et d’une sensibilité charmante,

    Encore qu’incomprise du vulgaire.(Nous sommes tous des incompris)

    Tristan Tzara

     


    Défi n° 145 : pour faire un poème dadaïste

     

    faire un poème dadaïste  c'est un peu bizarre et anarchique.

    Alors, il me restait de choisir un texte pas trop long, la lecture mic-mac aurait été casse-tête, un texte court dans un journal ... alors celui relatif à l'association L214 trouvé sur le net (pour ce défi zonzon, j'ai cherché un texte fort). Ci-dessous vous le trouverez dans son intégrité.

    Ensuite sensation d'enfance par le découpage et le tirage au sort et le collage ...

     

    Défi n° 145 : pour faire un poème dadaïste


    19 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique