• Défi des croqueurs de mots : Vocalise de Rachmaninov

    Aujourd’hui pour ce défi notre amie Lilousoleil nous demande d’ouvrir nos oreilles…

    Le morceau s’appelle « VOCALISE » composé par un certain Rachmaninov

    Vous êtes inspirés par la musique, par le titre, par le compositeur ou encore par l’interprète.

    Vos textes sont à poster pour le 01 juin

    Et n’oubliez pas les jeudis poésie le 27 mai et le 4 juin poèmes libres

    Et maintenant musique maestro

    Première version

    http://www.youtube.com/watch?v=R5IiC1kAdzM piano Emil Gilels

    deuxième version

    http://www.youtube.com/watch?v=5ZIQ2pHaJ1I Natalie Dessay

     

     


     

     

    Comme bien souvent, Mona aimait à s’allonger sur le canapé. Elle se laissait porter par la musique. Comment se faisait-il qu’elle appréciait particulièrement  les musiques mélancoliques ? Celles qui remuent l’âme et vous font sentir plus vulnérables. Celles qui remuent vos gouttes de sang, les faisant vibrer une à une dans l’incroyable réseau filaire.

    Mona écoutait radio classique aujourd’hui. Le ciel était doux, quelques nuages blancs, coton, transporteurs d’âmes calmaient les esprits humains. Et la musique, Vocalise de Rachmaninov s’imprégnait partout, dans son petit salon beige. Toufou dormait à ses pieds, Léonard, au garage, préparait sa moto pour une sortie « dans le vent ».

    La voix s’élevait pure, créant un espace dans le temps … Toufou ne s’aperçut même pas de la disparition de Mona. Pas seulement dans une rêverie, mais entièrement, pieds nus, mollets, lentement, précisément, ventre, seins, mains, bras, cou et tête se dématérialisaient, s’effaçaient.

    La montée fut lente, douce. Sans à coup, comme transportée dans les bras généreux d’un dieu ? d’un ange ? Mickaël, Raphaël ? Elle ne bougeait pas, seule une odeur printanière, marguerite, feuille de menthe et seringa mêlés, la prenait toute entière.

    Monter, pour décrire une ascension qui n’en était pas une .. car ascension dit effort, dit visible élévation, là elle ressentait un calme de son cœur, doux, doux, lent.

    Personne n’était présent pour l’accueillir, aucune vision, aucune nuée, juste la sensation d’être touchée, embrassée, caressée, un son cristallin d’une voix enfantine dans le lointain. Elle qui aimait voir, regarder, admirer, une coccinelle au dos d’une feuille, une fleurette embrassant une voisine, une cerise près de rougir, sa vue n’était plus.

    L’instant, le temps, l’ère … impossible de calculer, s’était dissous. L’amour l’entourait. Chaud, bruissant, consolateur. La voix de sa grand-mère peut être, celle de Béatrice aussi, dont le rire jouait avec celui de l’enfant … et en  fond, tout en fond, résonnait  un hymne doux et vivifiant : « aime, aime, aime, aime », sur tous les tons, en dehors et en elle. La musique l’enroulait.

    Mona ouvrit les yeux, la musique avait fondu, elle était seule, mélancolique, mélancoliquement heureuse, d’une mélancolie appelant l’amour toujours, espérant surtout. Elle mit ses chaussons roses, caressa le chien et prit son casque … rouler avec Léonard dans le vent.


  • Commentaires

    1
    Lundi 1er Juin 2015 à 09:40

    Comme ce texte très sensitif est beau. Merci de ce petit bonheur de lecture.  Belle journée

    2
    Lundi 1er Juin 2015 à 19:22

    Avec un mot pareil c'est compliqué

    3
    Mardi 2 Juin 2015 à 11:37
    lilousoleil

    Merci pour ce moment de détente, le petits délires du demi sommeil ...  Merci de ta participation

    avec le sourire

    4
    Mardi 2 Juin 2015 à 16:23

    La "vocalise" de Rachmaninov , elle a été écrite pour violoncelle et piano... Qu'en dire, sinon qu'il s'agit d'une oeuvre à fendre l'âme ?

    5
    Mardi 2 Juin 2015 à 21:04

    J'ai les frissons ! Sont-ce les vocalises ou cette superbe prose qui les déclenchent ? Je ne sais, mais que c'est beau ! Tout ! La prochaine fois, emmène moi !

    Bises pas encore remises : je plane !

    6
    Mardi 2 Juin 2015 à 22:44

    Tes mots s'accordent parfaitement avec cette "Vocalise", je me suis évadée avec Mona, laissant Léonard à sa moto....


    Un moment de douce rêverie !

    7
    Mercredi 3 Juin 2015 à 00:33

    Des deux vidéos c'est celle-ci que j'ai préféré et tu as su te fondre dedans; bravooooooooooo !!  wink2 au plaisir, jill

    8
    Mercredi 3 Juin 2015 à 07:04

    Coucou Andrée,
    Je n'ai pas trop la tête à lire ces jours-ci, impossible de trouver la concentration.
    Merci pour tes pensées, j'en suis touchée.
    Mille mercis également pour la jolie photo et les très gentils mots reçus qui sont d'un grand réconfort.
    Je t'embrasse très fort.
    Prends soin de toi

    9
    Mercredi 3 Juin 2015 à 09:47

    A quand un roman Andrée ????? Franchement je pense que cela serait plaisant pour nous, par épisode bises

    10
    Mercredi 3 Juin 2015 à 12:31

    Très beau, Domi Durgalola, merci beaucoup pour ce plaisir de lecture. Bises !

    11
    Mercredi 3 Juin 2015 à 18:55

    Très belle interprétation, maestro!

    12
    Mercredi 3 Juin 2015 à 22:38

    oops Mille excuses pour m'être trompée de prénom, Andrée. Bises.

    13
    Samedi 6 Juin 2015 à 15:56
    DDD59

    J'ai aimé ce moment de "Vocalise" en ta compagnie, je me suis laissée transporter je crois que le mot convient mieux que "ascension".

    Merci Durgalola pour ton partage.

    Bisous et à très vite.

    Domi.

    14
    Samedi 6 Juin 2015 à 15:59

    une ascension que j'ai pu faire aussi grâce à ce très joli texte sensible, sans l’essoufflement de l'effort physique. Bravo et belle fin de semaine

    15
    Dimanche 14 Juin 2015 à 16:38

    Ton récit est superbe, magie de cet instant...

    Merci, Durgalola.

    Passe une douce soirée. Bises.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :