• Défi 247 avec les Cabardouche

       

    Défi 247

    Défi 247

     

    Les Cabardouche, vous savez ce couple un peu louche prennent la barre de la coquille pour cette quinzaine et vous proposent pour le lundi 8 mars.

    Voici un portrait à partir duquel vous raconterez une anecdote ; vous devez impérativement utiliser les verbes suivants.

    barguigner (sans barguigner, sans hésiter, franchement)

    renauder (Manifester son mécontentement, protester bruyamment, se mettre en colère, renâcler ou se refuser à faire quelque chose)

    vermiller (Fouiller la terre avec les défenses ou le groin pour chercher des vers, des larves, des racines)

    écuisser (faire éclater le tronc d'un arbre lors de l'abattage)

    musser  (se musser, se cacher)

     

     

    Défi 247

     

    Défi 247

    Joseph et l'enfant Jésus

    GUIDO RENI

    François de Cabardouche le père et son fils Victor

     

     "Joseph cajolait 

    Le Fils

    Comme un nourrisson ;

    Il le servait

    Comme son Dieu ;

    Il se réjouissait en lui

    Comme en la Bonté même ;

    Il avait soin de lui

    Comme du Juste :

    Grand Paradoxe !"

    Ephrem de Nisibe (1)

     

     

    Sans barguigner, je renaude contre un certain féminisme qui vermille dans la terre pour déterrer les plus infâmes situations machistes et écuisser tout mâle dominant, le remplacer par des femmes usant des mêmes procédés. Diriger, commander, vanité et gloire.

    Pas trop renauder, le petit va gémir et je vais rater un rang de mon tricot pour ma fille chérie. 

    Pas trop se musser et chantonner à l'enfançon une berceuse. Comme une de celles scribouillées par Saint Ephrem de Nisibe, un ancien de Syrie, (4ème siècle après JC), ou une berceuse de Brahms. 

    Se rappeler du père accueillant  le fils prodigue, avec une main d'homme et une main de femme (toile de Rembrandt) . Et glisser à l'oreille de l'enfant, un petit jurassien au prénom de Noël, que l'amour est affaire d'homme et de femme.

    Sans barguigner, aimer est ce qui existe de plus lumineux.

    "Fais dodo Colas mon petit frère, fais dodo mon petit loupiot" (Jean Ferrat)

     

     

    (1) Hymnes sur la nativité de Ephrem de Nisibe (traduit du Syriaque par François Cassingena-Trevedy)


  • Commentaires

    1
    Lundi 8 Mars à 08:41

    Bref mais efficace, j'aime beaucoup.

    Les marins tricotaient, j'ignore s'ils le font toujours...

    Mais j'ai aimé ce tableau et les participations déjà lues.

    Merci à toi pour celle-ci.

    Bises et douce journée.

    2
    Lundi 8 Mars à 10:26

    Merci pour ce défi relevé avec talent , Il n'a pas tort papi tricoteur , l'extrémisme féministe n'est pas des meilleurs  pour une entente cordiale entre l'homme et la femme .

    J'aime beaucoup la chanson de Ferrat je me souviens l'avoir fredonnée pour mes enfants .

    Bonne journée 

    Bises 

     

    3
    Lundi 8 Mars à 10:35

    j'approuve ton poème, pas seulement pour la musique des mots mais surtout pour son sens profond auquel j'adhère à 100 %

    amitié 

    4
    Lundi 8 Mars à 10:42

    Que de prouesses ! Là ça me dépasse un peu... je n'ai pas tout suivi.

    5
    Lundi 8 Mars à 10:58

    BRAVO

    6
    Lundi 8 Mars à 14:33

    Ne jamais verser dans l'excès Andrée, même quand on défend des causes féministes.

    Me voici revenue du CHU de Rennes, heureuse de reprendre mes visites de blog.
    Bises et bon début de semaine

    7
    Lundi 8 Mars à 15:17
    Renée

    Une superbe participation qui au détour et aussi une petite leçon....Bisous bisous

    8
    Lundi 8 Mars à 17:13

    L'Homme et l'Enfant ! Comme c'est joliment présenté.

    C'est vraiment très réussi.

    Bises du lundi

    9
    Lundi 8 Mars à 20:49

    Bonsoir Andrée. C'est une belle broderie autour de ces tableaux et cette photo. Je suis contre tous les extrémismes. Bonne soirée et bisous

    10
    Lundi 8 Mars à 22:45
    colettedc

    Superbe participation, Andrée ! 

    Mille bravos !!! 

    Tu a su si bien entourer le papy entre Joseph et Victor !

    Douce soirée et bon mardi,

    Bises 

    11
    Mercredi 10 Mars à 16:50
    Josette

    En voilà encore un papy que j'aime je renaude avec lui contre l’extrémisme féminin qui m'insupporte, j'ai toujours eu une faveur pour Saint Joseph pas assez reconnu à mon goût.

    un très grand bravo pour cette page pleine d'émotion avec ces 3 hommes reliés par l'amour de l'enfant.

    gros bisous

    12
    Mercredi 10 Mars à 20:34
    les Cabardouche

    Bravo pour ce texte, le défi est paru le 8 mars, journée  pour le droit des femmes, cette image de pépé tricoteur qui berce un bébé illustre bien l'équilibre qui doit régner entre la femme et l'homme. Vous l'avez parfaitement décrit. 

    13
    Marie de Cabardouche
    Mercredi 10 Mars à 20:41

    Ce petit Noël est un "pays", bienvenue à sa famille et à lui dans notre jura !

    14
    Samedi 13 Mars à 18:15

    Le féminisme ne doit as être contre les hommes mais avec les hommes .

    Il a de bonnes réflexions cet papy tendresse.

    Bonne soirée

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :