• défi 235 avec Dominique

    défi

    Cette quinzaine, c’est Dominique (Mes antidotes) qui prend la barre pour la première fois.

    Sur une Œuvre de Jaume  Plensa qu’elle intitulerait volontiers   » IMPROBABLE   DIALOGUE « 

     

    * Faire dialoguer deux personnages connus, réels ou fictifs mais n’ayant pas vécu à la même Époque.

    OU

    * Faire dialoguer un personnage fictif ( Humain  ou  Animal ) avec son  Créateur

    ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

    Seconde possibilité

    Ecrire une  UCHRONIE

    *Une « Uchronie » étant un récit imaginaire, qui a pour point de départ un Événement Historique

    dont on modifie à sa convenance et selon son imagination, l’évolution et l’issue.

     

     

    an 2060, mois d'avril, une jeune femme, Artinoé, ouvre le cahier de poèmes "graines en retrait" écrit en 2020 par la mère de sa grand-mère.

    Elle se rappelle des histoires de sa mère, ce printemps étrange où elle ne bougeait pas du jardin de ses parents. Elle  lui a souvent raconté ces jours où la nature s'est ouverte, parée de fleurs, de feuilles, où le temps était bleu. Bleu pour calmer nos peines disait sa mamina.

    Des gens mouraient, majoritairement des gens très âgés, surtout des hommes un peu obèses, un peu cardiaques, un peu hyper-tendus, un peu cancéreux, et même sans aucune pathologie. Ils s'étouffaient malgré les soins attentifs, persévérants de soignants.

    Ce temps suspendu était incroyable, défiant toute personne, scientifique, politicien, philosophe, de prévoir comment la vie normale (c'est à dire l'exploitation de la terre, de l'air, des animaux) reviendrait.

    La brave mamie des années 20 serait bien surprise de voir comme le monde tournait. D'abord, il y eut un déconfinement progressif, les voyages en avion rétablis à 30 %, les vacances impossibles dans les immeubles, juste dans les maisons particulières. Jamais plus de 100 personnes sur les plages ! Les enfants retournèrent à l'école en septembre. 

    Hélas, en 2022, le virus se dissémina à nouveau dès qu'on reprit un mode de vie un peu plus soutenu : championnats de football, jeux olympiques, études à l'étranger, voyages en avion, usines polluantes. A nouveau, les soignants au front, à nouveau le confinement, à nouveau surtout les hommes malades et là, en une semaine, un homme sur cinq hospitalisés mourrait à l'hôpital.

    Il y eut des rebellions, des manifestations pour que les gouvernants et les scientifiques fassent quelque chose. Et le professeur Einsteinet trouva la parade. Avec une équipe internationale, il comprit qu'elle était la solution : que chacun soit atteint du coronavirus. Les anciens malades étaient immunisés, sauvés. Ils utilisèrent l'arenicole (ver marin breton) qui soulagea tous ceux en insuffisance respiratoire.  Et dans leur bras, fut injecté une minuscule capsule avec une couronne gravée. 

    Ceux-là, les "couronnés" pouvaient vivre normalement, travail, voyage, déplacement. Il fallut quand même injecter le microbe à certains pour qu'ils contractent la maladie. Et en 2030, tous les hommes à part quelques rares personnes, obligées de se confiner à vie, furent sauvés.

    Des mesures politiques importantes furent prises car nous n'étions pas à l'abri de nouveaux virus (le viru22), puis de destructions par le feu de départements entiers (les feux de 2025). L'eau ne fut plus utilisée pour l'arrosage, les haies furent rétablies, aucune entreprise ne put dépasser 500 salariés, l'agriculture retrouva sa place, les échanges existèrent mais  par exemple un vélo ne put être fabriqué que dans le pays d'achat.

    Seulement, il y eut un petit hic, pour Artinoé, cela semble naturel, les hommes devinrent infertiles et le recours à l'insémination, impossible, car il n'y eut  plus de donneur. Même, il ne fut pas rare de voir des femmes à barbe. Artinoé, elle-même choisit de porter un petit bouc très tendance. Toutefois, les scientifiques remarquèrent quelque chose d'improbable. Dans les couples qui élirent domicile à la campagne, s'occupant de cultiver leur terre de façon traditionnelle, des hommes accouchèrent de bébés.

    Artinoé est en train de trier toutes ses affaires et se prépare à déménager pour créer une ferme avec son mari Julius. Tous les deux rêvent d'être parents. 

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Lundi 13 Avril à 16:38
    marie chevalier

    j'adore  !!belle imagination et nous sommes transportés en te lisant bravo pour ce grand pas dans le temps  bises 

    2
    Lundi 13 Avril à 16:48

    un petit grand bonsoir en passant....♥

    3
    Lundi 13 Avril à 16:55

    C'est de la science fiction. Espérons pour nous que ton écrit n'est pas prémonitoire pour la reprise de la pandémie en 2022. Je crois plus en une reprise de cette épidémie, ou d'une autre qu'à un changement fondamental de société. Bisous

    4
    Lundi 13 Avril à 17:57

    De la pure science fiction, je l'espère pour nos enfants, mais j'ai aimé te lire.

    Bises Andrée

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    5
    Lundi 13 Avril à 18:02

    Bonsoir Andrée.... science-fiction, mais... qui sait.... il a suffit d'un virus pour réduire ce monde à presque rien, confiné, allant à l'essentiel, les vivres... 2020 aura droit a sa page dans l'histoire, amicalement, jill

    6
    Lundi 13 Avril à 18:06

    Quelle histoire...! mais Olivier doit bien y penser aussi à un roman de ce genre...?

    j'espère que çà ne sera pas comme çà pour nos enfants et petits enfants, 

    ici il pleut depuis 14 h, çà fait du bien et au moins personne ne sort, même ceux qui

    refusent de prendre çà au sérieux ! J'espère que chez toi les enfants vont bien, 

    pour les miens çà va aussi, je te souhaite une bonne semaine, Bisous, MIAOU !!!

    7
    Lundi 13 Avril à 18:12

    heureusement les choses ne se passent jamais comme on les imagine !!!!!

    8
    Lundi 13 Avril à 19:15

    Oui, c'est une méditation sur un possible futur, en rapport avec ce que nous vivons aujourd'hui.

    9
    Lundi 13 Avril à 20:26
    colettedc

    Ah ! Toi, Andrée, tu vas dans le futur : quelle imagination !!! Je ne souhaite pas la pandémie jusqu'en 2022 tout de même !!! Bravo à toi ! On verra, hein !!! yes

    Bonne soirée de ce lundi de Pâques ! 

    Bises♥

    10
    Lundi 13 Avril à 21:18

    Et bien ton histoire est très effrayante. J'espère que les lendemains ne seront pas aussi sombres... Bonne soirée et bisous

    11
    Mardi 14 Avril à 07:11

    j'aime ta "rétrospective" elle nous donne de l'avenir car même si celui que tu décris est différent de celui qui hier encore nous projetions, il a me mérite d'exister en ton imagination c'est déjà ça !

    amitié .

    12
    Mardi 14 Avril à 09:24

    Il faut espérer que ce ne soit pas un texte d'anticipation... qui pourrait hélas se réaliser...

    Merci en tout cas pour ce partage qui fait réfléchir.

    Passe une douce journée. Bisous.

    13
    Mardi 14 Avril à 10:20

    Bonjour Andrée,

    Espérons de tout cœur que ton écrit,  reste en l'état de fiction et qu'un remède en attente dun vaccin soit trouvé contre cette pandémie.

    Belle semine

    Dominique

    14
    Mardi 14 Avril à 13:50
    daniel

    J'aime bien ton scénario futuriste, sauf peut être les femmes à barbe…...Qu'allons nous donc léguer à nos enfants ?

    15
    Anne
    Mardi 14 Avril à 15:47

    Tu as beaucoup d’imagination mais quelle vision d’apocalypse . Allons ! Essayons de faire un peu plus confiance à l’humanité ! Bonne soirée.

    16
    Mardi 14 Avril à 15:59

    Tu as  beaucoup d'imagination. .J'espère que la vraie histoire ne finira pas ainsi ; sinon pauvres de nous  ! Bise

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :