• défi 165 : la lettre

    Défi  165 mené par Durgalola

    Pour les croqueurs de mots

    Capitaine Durgalola (oh là moussaillons, moi qui suis sujette au mal de mer), je prends la mer pour la première fois et souhaite vous mener sur des eaux calmes :

    Pour le lundi 2 mai, le défi

    "Quand on aime quelqu'un, on a toujours quelque chose à lui dire" Christian BOBIN

     En 30 lignes maxi, dites à quelqu'un  que vous aimez ..  quelque chose ... 

     Et comme unique contrainte, mentionner le nom d'une fleur. 


     

    A vous, mes parents disparus,

    J’écris cette lettre pour vous pardonner votre divorce.

    Camélia, tu préférais les froufrous et les tangos au bras de ton amant.

    Lucien, en rage, tu la trompas et te remarias et partis vivre au bout de la France.

    Et moi, seul, j’étais chez Marinette, mounette, la femme au grand cœur. Je vous en ai voulu quand à Paris, j’étudiai isolé et fauché. Tous deux dévoués à vos mondes personnels.

    Et la première gigolette venue a fauché mon cœur. Martine était toujours présente, me consolant des manques d’hier, m’offrant sa famille réconfortante. Hélène est née et elle a grandi si vite, ma petite souris, que le jour où elle m’apprit qu’elle était enceinte, je ne l’ai pas crû et pourtant, je l’ai vite serrée dans mes bras.

    La vie m’a donné une seconde chance : voir grandir jour après jour, ma petite fille tendrement aimée.

    L’entreprise multinationale qui m’employait depuis plus de 30 ans, m’a fermé ses portes ; restructuration et pécule important.

    D’ingénieur, chef de projets, je devins papinou à 50 ans.

    Aussi mes parents, je vous pardonne pour vos manques. Grâce à ma graine d’espoir, pour chacun des baisers manqués, elle me guérissait de dix des siens.

    Sa maman, ma fille, médecin reconnu aidait les malades à recouvrer la santé. Et moi, l’enfant délaissé, j’ai élevé la poupchen tandis que mon épouse, elle aussi, travaillait.

    Je te remercie, papa pour ta joie qui ruisselle sur elle, je te remercie maman pour tes doigts magiques qui lui font jouer si merveilleusement du piano.

    Aujourd’hui, elle a 20 ans, moi 70, et ce soir, dans la douceur angevine, je vous pardonne. Ma peine est consolée.

    Je vous embrasse, mes parents.

    Vincent


  • Commentaires

    1
    Lundi 2 Mai 2016 à 08:16

    Texte émouvant d'une enfance dont les parents s'occupaient plus de leurs affaires comme on dit... ça marque un môme !  Et pardonner quel beau geste dans le fond, merci André, bon lundi Croqueurs, bises

    2
    Lundi 2 Mai 2016 à 09:21

    Bon jour Andrée,
    Beaucoup d'émotions dans ton écris.
    Un bien difficile métier que celui de parents. Une autre génération, ou les gestes d'attention et de tendresse n'étaient pas forcément ce qui était bon d'afficher. 
    Bises à toi et bonne journée

    3
    Lundi 2 Mai 2016 à 09:27

    Une lettre qui fait tant de bien ; car rien n'est plus apaisant que le pardon, rien ne permet de mieux ressentir le bonheur d'un coeur qui s'ouvre ...

    4
    Lundi 2 Mai 2016 à 09:28

    Un pardon sortant du fond du cœur, il a fallu tant de temps pour comprendre et pour accepter... C'est beau cette fille qui réhabilite ses grands-parents malgré elle !

    5
    Lundi 2 Mai 2016 à 10:19

    Très émouvant cette lettre d'amour tardive mais il n'est jamais trop tard pour dire qu'on a aimé. En vieillissant on apprend à pardonner à ses parents d'avoir failli même si on ne guérit jamais d'une enfance malheureuse.  Je viens te faire un petit coucou interrompant pour un instant ma pause à durée indéterminée. Bisous

    6
    Marie de Cabardouche
    Lundi 2 Mai 2016 à 11:25

    Il faut une longue expérience de vie pour accorder un pardon libérateur. Vincent y est parvenu et va dorénavant vivre plus léger.

    Bonne journée Durgalola !

    7
    Lundi 2 Mai 2016 à 14:05
    marine D

    Lu chez Josette

    Puis-je proposer ma petite participation ?

    Tu nous proposes une jolie déclaration  avec ce pardon !

    8
    Lundi 2 Mai 2016 à 16:07
    Daniel

    Quel beau texte. Les divorces causent bien des dégats( surtout pour les enfants).

    9
    Lundi 2 Mai 2016 à 18:20

    très touchant ce texte! Bravo et MERCI 

    Bonne soirée, bisous, MIAOU !!!

    10
    Lundi 2 Mai 2016 à 19:01
    Josette

    belle lettre de retrouvaille avec ses parents

    je me souviens quand ma maman disait  "tu comprendras plus tard"... à propos de bien des choses de la vie et comme elle avait raison !

    on dit 7 ans l'âge de raison.. erreur c'est 77 ans ! 

    11
    Lundi 2 Mai 2016 à 23:51

    l'âge du pardon arrive quand la sagesse pointe son nez.

    Un beau texte Andrée.  cool

    12
    Mardi 3 Mai 2016 à 04:57
    colettedc

    Un texte tout à fait touchant ! J'♥ ! Bon matin de ce mardi ! Amitiés♥

    13
    oliver
    Mardi 3 Mai 2016 à 07:57

    Je joins ma voix aux autres : bravo pour cette belle lettre, où la sérénité et l'acceptation triomphent finalement de la déception et du ressentiment....  Et si le pardon c'était cela aussi ? (quand sérénité et acceptation triomphent de la déception et de l'amertume.) 

    14
    Mardi 3 Mai 2016 à 14:07
    Une lettre sobrement émouvante, magnifiquement résiliente, merci beaucoup, Andrée. Bises.
    15
    Mardi 3 Mai 2016 à 15:22

    Le metier de parent est le plus difficile qui soit...Beau texte plein d'emotion...Je reviens a mon blog : texte.over-blog.com au nom de Marlou.Les pubs sont trop envahissants

    .Bises

    16
    Mercredi 4 Mai 2016 à 10:16

    Une belle lettre pleine d'émotion. Est-ce vraiment un pardon ? ou la reconnaissance qu'il n'y avait peut-être moins que ça à reprocher et donc à pardonner, comme une acceptation de c'est ça la vie. Le jeune étudiant n'avait pas été lâché dans la solitude puisqu'il y avait Marinette. et quels sont les parents exemplaires ? C'est le métier le plus difficile du monde.

    bises et belle journée. et merci aussi pour ce défi, un sujet délicat 

    17
    Mercredi 4 Mai 2016 à 16:52

    Un bien joli écrit Andrée, bises

    18
    Jeudi 5 Mai 2016 à 17:27
    pitchoune60

    votre écrit est trés beau; il faut un certain courage pour pardonner: mais peut ètre qu 'aprés, on se .sent libre et soulagé .

          merci pour ce joli moment d' amour yes

    19
    Vendredi 6 Mai 2016 à 11:56

    très  beau texte émouvant et tout à fait dans le cadre du défi  bravo .Marie

    20
    Vendredi 6 Mai 2016 à 14:12
    renee

    Arriver a pardonner a ces propres parents même après tant d'année et déjà émouvant mais le pouvoir grâce aussi au enfants et petits enfants et merveilleux. Magnifique texte. Amitiés

    21
    Mercredi 11 Mai 2016 à 18:09

    Que c'est beau ! Ton défi est lumière .... La grâce du Pardon est toujours un défi superbement relevé dans la vie et tellement libérateur... Merci pour ce bijou qui, de plus, se termine en beauté avec l'arrivée de la petite fille .... Plein de bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :