• défi 156 des croqueurs de mots

    DEFI 156

     Lilou Soleil remercie le capitaine Dômi de lui  confier la barre pour ce dernier défi de cette année. Je ne vais pas être originale, mais après le mois de novembre terrible, et je vous propose de nous conter une histoire. Oui un conte, un vrai,

    1. avec un héros (héroïne) qui part en quête de…
    2.  Un élément qui va déclencher l’action du héros.
    3. Un méchant qui va lui mettre des bâtons dans les roues du héros.
    4. Un gentil qui aider quand notre héros sera en difficulté
    5. Un élément inattendu qui va débloquer la situation.

    Au milieu de tout cela, il peut y avoir, des lutins, des sorciers et sorcières,des elfes, des géants, des fées, sans oublier les animaux… Enfin tout ce qu’il faut pour faire un petit conte

     

    Willendorf

     (Vénus de Willendorff  vers - 23 000 avant JC)

     

    Je vais vous raconter l’histoire d’une fillette, Nei qui vivait aux temps anciens où la nature était reine sans partage et fit des rêves  étranges qui changèrent sa vie durablement.

    Elle n’avait pas plus de 8 ou 9 ans et sa vie consistait à suivre ses parents, Fro le chasseur et Ma, la femme mage, celle qui gardait la statue de la divinité féconde.

     Elle n’avait pas plus de 8 ou 9 ans, et déjà ses cheveux blonds roux descendaient sur ses  épaules et elle était vive comme une petite renarde.  La tribu lui avait appris à cueillir, les petites boules rouges au jus sucré, aussi les orties, aussi les noix et les noisettes. Elle aimait courir au bord de la rivière nommée Ardèche dans un futur lointain,  et trouver, cueillir ce qui donnait le sourire à Ma.

    Et une nuit, elle rêva, qu’une autre Nei, la précédait dans ses songes, l’accompagnait et l’aidait. Double de Nei, lui montrait les endroits où se rendre, là où les noyers poussaient, et  les chardons au cœur délicieux croissaient en nombre. Quelquefois, dans ses rendez-vous de l’invisible, la fillette avait un peu peur mais l’autre savait la rassurer, lui indiquer les lieux à éviter, rivières aux remous meurtriers, animaux farouches.

    Seulement, dans la tribu, un enfant-no, un de ces enfants trouvés encore en vie, en dehors de toute tribu,  et sans espoir de survie, un enfant-no qui fut  recueilli  par Fro dans sa chasse à l’ours, surprit les rêves de Nei et entendant le mot, LOUP, se décida à la suivre. Mo-no avait survécu à la faim et rien ne l’effrayait, il promettait d’être un grand chasseur et certainement choisi comme compagnon dans quelques années par une femme au sang fertile.

    Alors que Nei, tout au conseil de Sœur de la nuit, sautait, bondissait, escaladait les roches, et soudain dans le creux d’un rocher, trouva le jeune loup, le louveteau à la patte cassée. Elle avait pris de quoi le nourrir, machant la nourriture elle-même avant de lui glisser dans la gueule. Il avait peur le loup gris à l’étoile blanche et pourtant sa faim fut la plus forte. Les instants passèrent, le soleil continuait sa course .. et ce qu’elle ne vit pas l’enfant préhistorique, c’est Mo-no qui la renversa, lui arrachant le jeune animal et courant au camp.

    « Moi, Mo-No, j’ai trouvé un loup, il sera mon loup de chasse !!! »

    Elle était déçue, la fillette et aussi très en colère. Elle ne pensait qu’à jeter des pierres aux coins aigus. Ici, tant jonchaient le sol, qu’elle aurait pû poursuivre Mo-No jusqu’au bout du ciel. Elle s’endormit ce soir là tristement et ayant rejoint, Sœur de la nuit, elle pleura, cria, hurla … tant d’imprécations que ni son double, ni Ma, ne purent la consoler.

    Déjà, la saison des grands feux et des mains gelées approchait. RRRA le jeune loup s’habituait à l’odeur des hommes et s’amusait avec les autres loups-chiens. Son Maître Mo-No lui apprenait à le suivre … Seulement, seulement, Ma, sa mère sage femme demanda à Fro, d’emmener le jeune garçon dans une de ses chasses. Et Nei, et bien Nei, apprivoisa cet animal aux si beaux yeux. Elle hurlait comme lui et montrait les dents quand il jouait un peu durement avec elle.

    Et alors que la fillette dormait profondément, au cœur de la grande nuit hivernale,  sa sœur des songes lui apparut, plus présente et plus réelle que jamais. Elles folâtraient sur la neige de l’invisible, se lançant des boules d’un blanc parfait, admirant le soleil se refléter, mille facettes. La nuit allait dans son chemin tranquille, avertissant l’enfant, qu’il lui faudrait se réveiller .. et là, dans le face-à-face qui se terminait, elle demanda à Sœur de la nuit, qu’elle soit réunie pour toujours. Et là, le rêve fut interrompu, RRRA lui léchant le visage, il avait faim, il voulait jouer.

    Surprise, elle vit Ma, la femme mère, à côté du jeune loup qui lui intima de la suivre dans une grotte proche. Elle fit un feu, lança mille et un grains de sable de la rivière et chanta une mélopée forte, stridulée, entêtante. « Moi, Ma, femme mage, femme sage, détentrice de la divinité féconde, je te reconnais comme celle qui accompagnera le clan et l’encouragera dans ses décisions. Sœur de la nuit, ton âme, va venir te rejoindre, te compléter.  Le temps est venu pour l’accomplissement. Baisse la tête, que je prononce les mots-pierres. »

    Nei soumise à sa mère, prit dans les mains la divinité féconde, s’agenouilla et baissa la tête. Les mots-pierres se répercutèrent contre les parois de la grotte et un éclair déchira son ventre, elle ressentit une vive douleur suivi d’un apaisement intense.  Elle était complète, corps et âme liés pour toujours. Aussi un vent léger, soufflait, lui rosissant les joues. Et le loup sage, fier, se leva poussant un hurlement qui le surprit lui-même.

    « Désormais tu seras Nei-Nei »

    La fin approche et il m’est impossible de tout vous raconter, de tout vous narrer, tout ce que nous ignorons aujourd’hui, tout ce que nous oublions de transmettre, tout ce que nous oublions d’imaginer. Juste au fond de mon cœur, résonne l'aboiement d’un loup entre Nei-Nei et son compagnon choisi, le sauvage Mo-No et tous les enfants, humains ou animaux qui les entouraient.


  • Commentaires

    1
    Lundi 14 Décembre 2015 à 09:37

    Un magnifique conte initiatique, que tu racontes si bien... Oui, peut-être sommes-nous devancés par un autre nous-même ? L'histoire du loup est émouvante, car la relation entre l'homme et l'animal est à la base de notre vie sur terre. Ton idée de "mots-pierres" est très forte, car elle montre combien la parole peut avoir un impact matériel sur les choses. Merci Durgalola.

    2
    Lundi 14 Décembre 2015 à 09:51

    Un joli conte que j'ai pris plaisir à lire même si je n'aime pas trop les contes. Je suis servie aujourd'hui chez mes amis croqueurs et j'en ai même écrit un, plutôt une fable. Belle journée

    3
    Lundi 14 Décembre 2015 à 11:35

    Bravo Andrée, tu as magnifiquement illustré le sujet dans les thèmes proposés.
    Un bon moment à te lire sur ce conte.
    Bisous et bonne journée

    4
    Lundi 14 Décembre 2015 à 12:32

    Une légende plus qu'un conte qui transporte dans le mystère des rêves d'une petite fille... C'est envoutant !

    5
    Lundi 14 Décembre 2015 à 14:37

    Bonjour,

    Voila un bien joli conte qui te permet de relever brillement ce défi des croqueurs,

    une lecture très agréable.

    Bises bien amicales.

    Henri.

    6
    Lundi 14 Décembre 2015 à 15:34

    Bonjour Andrée Merci pour la découverte ce conte est très intéressant et si bien illustré

    Belle soirée

    7
    Lundi 14 Décembre 2015 à 16:05

    J'ai aimé lire ce conte et pourtant je ne suis pas fana de conte !

    8
    Mardi 15 Décembre 2015 à 04:11
    colettedc

    Bravo Andrée ! Très bonne participaton ! Bon mardi tout entier ! Amitiés♥

    9
    Mardi 15 Décembre 2015 à 04:41

    Bonjour Durgalola... je connais cette très vieille Vénus, quant au conte... que dire, plus qu'à mettre en livre et y rajouter quelques dessins, bravo ! Jill cool

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    10
    Mardi 15 Décembre 2015 à 17:38

    Un conte que j'ai beaucoup apprécié , un retour aux sources bien agréable .

    Bonne soirée 

    11
    Mardi 15 Décembre 2015 à 23:55

    Ce soir je suis comme une enfant émerveillée en lisant tous ces magnifiques contes. Je me suis laissée bercer et je me sens maintenant enveloppée par Morphée à qui je ne peux rien refuser arf

    Merci à toi c'est toujours un plaisir de te lire.

    Je te souhaite un Joyeux Noël dans la sérénité de cet instant.

    Bisous.

    Domi.

    12
    Mercredi 16 Décembre 2015 à 21:16

    Ton conte est original et plaisant à lire.... Initiatique.... Et puis j'adore les loups et les chiens.

    merci de ta participtation

    avec le sourire

    13
    Mercredi 16 Décembre 2015 à 23:14

    Coucou Durgalola

    J'ai vraiment, mais vraiment aimé ! passionnée ! Quelle belle  imagination tu as !

    Me rappelle un rêve que j'ai fait il y a longtemps : mon "jumeau" spirituel  m'emmenait en excursion dans une montagne, me pressait, me taquinait car j'étais épuisée... et arrivé au sommet de la montagne, me montra un Temple dans lequel nous entrâmes, émerveillés... et là, zut, réveil !!!
    Extraordinaire rêve dont je me souviens "en images" tellement il m'avait impressionnée !

    Bravo Durgalola et merci, merci

    Bisous et  joyeuses fêtes

    A l'année prochaine

     

    14
    Mercredi 30 Décembre 2015 à 11:02

    J'ai beaucoup aimé ce conte qui puise au patrimoine universel des contes et des légendes en lui restituant sa force poétique et philosophique. Belle fin d'année

    15
    Mardi 24 Octobre 2017 à 22:31

    Bonsoir Andrée. J'ai bien aimé lire ce conte. Bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :