• Avec Simone Weil par Martin Steffens

     

    Quand les membres du Conseil national de la Résistance, faute de pouvoir l'envoyer en France occupée, demandent à Simone Weil de réfléchir sur ce que pourrait être la Constitution de la France libérée, ils ignorent sans doute que cet esprit rebelle va produire un texte qui, non seulement est un chef-d'oeuvre de pensée politique, mais s'oppose point par point à leurs attentes. Le thème proposé à Simone Weil était le suivant : les droits sacrés de la personne.

    Simone Weil bouleverse cette perspective. Elle affirme, comme le font les premiers mots de l'Enracinement ... que l'homme n'est pas originellement un être de droits, mais de devoirs. Que ce qui es sacré en l'homme, c'est non pas le droit qu'il se revendique mais son aptitude à se renoncer pour l'autre. Car par là il imite le geste d'amour qui a posé le monde.

    "Accepter d'être créé comme Dieu accepte de créer, pour l'amour des autres créatures" (Simone Weil CIV 258)

    Martin Steffens (professeur de philosophie)

    Simone Weil (philosophe française - 1909/1943)


  • Commentaires

    1
    Mardi 4 Juillet à 14:32

    Je suis triste de la mort de cette grande dame intelligente et bonne. Je ne suis pas d'accord par contre, il ne faut pas s'oublier complètement pour les autres. Être altruiste c'est très souvent chercher en échange de ce que l'on donne  la reconnaissance que l'on ne trouve pas forcément, rechercher à travers cette reconnaissance à relever la vision dégradée qu'on a de soi même; Vivre à côté d'une altruiste est une vraie plaie, je l'ai vécu à côté de ma mère qui m'oubliait aussi parce que je faisais partie d'elle même !!!.... En plus je suis athée donc la notion d'être sur terre pour l'amour des autres créatures me dépasse quelque peu. Je ne crois vraiment pas non plus que Simone Well était altruiste, c'était une humaniste tout simplement. Désolée chère Andrée mais tu as abordé un sujet sensible pour moi et je dis toujours ce que je pense. J'espère que tes vacances se passent bien. Bisous.

      • Mardi 4 Juillet à 17:49

        Je me permets un petit mot... Il faudrait définir le mot "altruisme" car ce que tu racontes là de ta mère, Martine, est tout le contraire de l'altruisme ! Quand on en est réduit à être "une partie de l'autre" cela veut dire que l'autre est un monstre de narcissisme au contraire et c'est en effet une véritable plaie !
        Mais j'ai déjà dérapé sur ce blog avec ce genre de sujet, l'altruisme, la compassion ou l'attention aux autres. On a beau nous y encourager - et certainement avec raison - il est pratiquement impossible d'obtenir d'une personne qu'elle soit "altruiste" ; il y a toujours des projections, des intérêts, des calculs plus ou moins avoués... Le "Saint" est celui qui, par l'illumination, a découvert que tous les autres ne sont en réalité lui-même ! Ainsi ce n'est pas des "autres" qu'il prend soin, mais de lui-même. Mais pour cela, il faut avoir atteint l'Illumination... Et nous n'en sommes pas là.  Amitiés, Martine.

    2
    Mardi 4 Juillet à 17:21
    Daniel

    Une belle âme s'en est allée. Il y avait de la noblesse en elle et ce n'était pas une femme de compromis !

    3
    Mardi 4 Juillet à 17:42

    Je suis stupéfaite de voir combien ces gens méconnaissent Simone Weil, cette grande mystique dont la vie exemplaire est un phare pour tous... et qui a été ici éclipsée par Mme Veil, nuance, que tout le monde connaît parce qu'elle a fait de la politique.

    Bien sûr on oublie que tu es en vacances et qu'en programmant tes articles tu ne pouvais pas savoir que cette autre grande dame décéderait... Et il est de toute façon confondant de comparer ces deux destins aux noms sensiblement pareils, et qui toutes deux passèrent par les camps de concentration pour  judéité.

     

    Le texte que tu cites est à la fois une merveille, et finalement il illustre en quelque sorte le destin de Mme Veil, la seconde.

    "Elle affirme, comme le font les premiers mots de l'Enracinement ... que l'homme n'est pas originellement un être de droits, mais de devoirs. Que ce qui est sacré en l'homme, c'est non pas le droit qu'il se revendique mais son aptitude à se renoncer pour l'autre. Car par là il imite le geste d'amour qui a posé le monde."

    4
    Mercredi 5 Juillet à 10:36

    Il y a des pétitions pour qu'elle entre au Panthéon.

    Je suis d'accord. Elle mériterait cet hommage de la Nation.

    Bises et douce journée.

    5
    Mercredi 5 Juillet à 13:02

    Résultat de recherche d'images pour "prenom simone"  n'est pas Simone qui veut.............

    6
    Jeudi 6 Juillet à 15:47

    Merci de parler de cette grande dame qui a beaucoup souffert au début de sa vie. On pourrait parler d'elle pendant des heures. Elle marquera encore très longtemps, je le souhaite. Bon après midi.

    7
    Jeudi 6 Juillet à 17:23

    Bonjour Andrée,

     

    Je voue une profonde admiration pour Simone Weil, la politique qui vient de décéder. Par contre je ne connais pas du tout cette autre Simone Weil dont tu nous parles. J'apprends, et j'en suis ravie. Merci Andrée

    Bises estivales

    8
    Jeudi 6 Juillet à 19:08

    toutes les deux, deux grandes dames

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :