• Joyeux Noël !!!


    13 commentaires
  • Joann Sfar (le chat du rabbin)

     

    Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ?

    31 octobre, un avion charter russe explose en plein ciel en Egypte. 224 personnes meurent, des familles, des enfants, des jeunes, des grands-parents.

    des gens comme vous et moi.

    12 novembre, à Beyrouth, dans un fief chiite, dans une rue commerçante,  41 personnes meurent, des commerçants, des acheteurs, des pratiquants et des non-pratiquants

    des gens comme vous et moi.

    13 novembre, au Bataclan, devant des terrasses de café, devant le stade de France, à Paris 129 personnes meurent, des jeunes aimant la musique, le sport, des hommes, des femmes.

    des gens comme vous et moi.

     

    "Ce n'est pas humain" dit le pape François


     

     

    Je présente toutes mes condoléances à tous les hommes et à toutes les femmes qui ont perdu si brusquement un être cher, un innocent. 

    Je pense à tous ceux qui sont blessés, qui ont été témoin de ces tragédies. Que l'amour de leurs proches, les aident à supporter leurs souffrances.

    Et qu'ensemble, nous affirmions notre attachement à la paix, à la liberté, à l'égalité et à la fraternité. 

     

     

      Jean JULLIEN

     

     

     

     

     

     


    11 commentaires
  • ... Et est-ce si difficile de croire que des âmes pourraient elles aussi emprunter ces mêmes chemins (ondes électromagnétiques ... téléphone ... mails .. réseaux de fibres ... ) ? Que son père, Etienne, Mme Manec et le jeune Allemand nommé Werner Pfennig puissent hanter le ciel par nuées, comme des aigrettes, des hirondelles, des étourneaux ? Que ces âmes migratrices puissent emprunter la voie des airs, souffle perceptible seulement à une oreille attentive ? Elles volent au-dessus des cheminées, passent sur les trottoirs, se faufilent à travers vos vêtements, votre veste et votre chemise, votre sternum et vos poumons, s'en échappent - notre atmosphère est une bibliothèque recueillant toutes les vies qui ont jamais été vécues, toutes les phrases jamais prononcées, les mots jamais transmis.

    A chaque instant, se dit-elle, quelqu'un qui a vécu cette guerre disparaît. (2ème guerre mondiale).

    Nous ressuscitons dans l'herbe. Dans les fleurs, la musique.

     

    Anthony DOERR

    Toute la lumière que nous ne pouvons voir

     

     


    6 commentaires
  •  

    Bonsoir,

    durant deux jours au moins, nous avons été privés de nos photos et c'est là que je me suis rendue compte comme j'aime les images ... les mots bien sûr, mais les images aussi.

    Depuis un peu plus d'un an, je suis sur la plate-forme eklablog qui est très agréable à utiliser. Elle est gratuite, c'était une priorité pour moi. Bien sûr le choix de publicité est possible et j'ai fait ce choix pour laisser la moitié des revenus (légers ... au maximum 40 centimes par mois ) à eklablog et à la SPA. (car les possibilités de dons sont envisageables et j'ai apprécié).

    Je souhaite à toute l'équipe de souffler un grand coup, car le stress devait être au maximum. J'ai travaillé dans un service informatique et je sais ce que sont les difficultés matérielles ou logicielles qui font que le soir, vous recherchez encore les solutions possibles. 

    Et je dis merci à toutes mes visiteuses (visiteurs) car sans partage, le blog n'est rien.

    Bonne soirée à tous 


    9 commentaires
  •  

     

    L'écrivain P.R., qui est l'une de nos voisines et amie en Bourgogne, mariée et vivant jusqu'il y a quelques mois avec un autre écrivain, C.D., disparu récemment après l'échec d'une transplantation cardiaque, m'a raconté l'histoire suivante :

    un soir de ce dernier été, seule dans sa chambre à la campagne, elle fut soudain prise d'une crise de cafard et ouvrit un livre de C. pour "se rapprocher de lui en pensée". Lorsque, après un petit moment, elle releva les yeux de son livre, elle vit qu'un papillon, tel qu'elle n'en avait jamais aperçu auparavant dans les parages, était venu se poser sur le drap à la hauteur de sa chambre. Il resta là tout le temps de sa lecture et, en quelque sorte apaisée par sa présence, elle finit par d'endormir.

    A son réveil, le papillon avait disparu.

    Elle décida alors d'écrire une nouvelle sur cette étrange survenance...

     

    Denis Grozdanovitch

    la puissance discrète du hasard


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique